CLERMONT, CHEF DES OSAGES

 Les Osages sont l’une des cinq tribus sioux de la branche Deghiha (Osage, Ponca, Kaw, Quapaw, Omaha) qui autrefois ne formait qu’un seul groupe vivant sur le cours inférieur de l’Ohio. C’est l’explorateur français, Jacques Marquette qui le premier parle des Osages en 1673 qu’il situe sur sa carte le long de la rivière Osage. Les premiers récits le concernant les présentent organisés en deux bandes principales : les Grands Osages et les Petits Osages

    Vers la fin du 18 eme siècle les Osages vont se diviser en plusieurs factions du fait de difficultés qui surgissent de la rivalité commerciale qui oppose les Français et les Espagnols dans le bassin du Missouri.

    Les Osages revendiquent comme territoire de chasse le nord-est de l’actuel Oklahoma. La constitution des Etats-Unis de 1798 règlemente le commerce avec les Indiens. Dans le but de commercer avec les Osages une famille de négociants français, les Chouteau, crée en 1673, un premier comptoir commercial près de la ville actuelle de Salina. En 1802 le major Pierre Chouteau parvient à persuader la moitié environ de la bande des Grands Osages et une partie de Petits Osages de venir s’installer sur l’emplacement qui devait devenir la ville de Claremore, ainsi nommée à cause du chef osage Clermont.

    Faisant valoir leurs droits de chasse, les Osages revendiquaient les territoires situés au nord et au sud de la rivière Arkansas, occupés alors par les Cherokees de l’ouest auxquels ils faisaient la guerre. Ces Cherokees avaient été convaincus d’émigrer en 1794 afin de libérer les terres qu’ils occupaient depuis toujours dans l’est des Etats-Unis. Vers 1815 on pouvait en dénombrer plus de 3 000. Ils s’étaient établis près des rivières Arkansas, White et Verdigris (déformation du nom français initial : "Vert-de-Gris")

    Quand les chasseurs cherokees se risquaient à vouloir appliquer leurs droits de chasse dans cette région, ils se heurtaient aux bandes de guerriers osages qui les poursuivaient jusque dans leurs villages. Cependant les chefs cherokees étaient bien décidés à faire respecter leurs droits. L’un des engagements les plus sanglants de toute l’histoire de l’Oklahoma survint au Mont Claremore en octobre 1817. Une bande de guerriers cherokees, armés jusqu’aux dents investit le village du chef Clermont qui fut mis à sac puis incendié. Une cinquantaine de prisonniers furent emmenés par les vainqueurs. Quelques années plus tard, en 1825, les chefs osages furent convoqués à Saint-Louis et obligés de signer un traité par lequel ils cédaient la totalité de leurs terres aux Etats-Unis. Alors, entre 1825 et 1836 les Osages quittèrent l’Oklahoma pour aller s’installer au Kansas voisin.

    Soumis à la pression des fermiers du Kansas qui exigeaient l’ouverture à la colonisation de toutes les terres indiennes, le Congrès vota en 1870 une loi qui obligeait la tribu Osage à vendre ses terres et à acheter en échange aux Cherokees une réserve dans le nord de l’Oklahoma. C’est cette réserve qui, quelques années plus tard, allait révéler l’incroyable richesse en gisements pétroliers de son sous-sol.

 

Clermont, chef héréditaire des Osages

       
clermont

 

 

    Le célèbre peintre, George Catlin a fait le portrait du chef Clermont et a donné de lui une description que l’on peut lire à    la bibliothèque du musée Gilcrease de Tulsa (Oklahoma) :

 

    « Le grand-chef actuel des Osages est un jeune homme du nom de Clermont, fils d’un chef renommé du même              nom qui vient de mourir en le désignant comme successeur avec le consentement de la tribu. J’ai peint le portrait en pied de ce chef, vêtu de sa plus belle tenue, avec des jambières à mêches de scalps et entre ses mains son redoutable et favori casse-tête. »