La Prairie retrouvée

tallgrass_4



Avant l’installation des premiers colons, la Prairie était l’un des principaux écosystèmes d’Amérique du Nord, embrassant l’équivalent de quatorze Etats actuels. C’était un paysage complexe, riche d’une grande diversité d’espèces animales et végétales, dont les équilibres résultaient de la combinaison fortuite de trois principaux facteurs : le climat, le feu et le pâturage.

C’était l’époque où des troupeaux de plusieurs dizaines de milliers de bisons, parcouraient librement ces immenses pelouses, les tondant au passage. Leur préférence allait aux herbes tendres qui partaient à la conquête des zones ravagées par les incendies des années précédentes. Le feu pouvait avoir, bien sûr, des causes naturelles. Mais la foudre ne pouvait suffire à expliquer la multiplication des feux de brousse ; l’intervention humaine en était, sans aucun doute, la cause principale.

On connaît le lien étroit, culturel autant qu’économique, qui unissait les Indiens des Plaines aux bisons sauvages. Dans l’immensité de la Prairie, comparable à celle d’un océan, la tentation était donc très forte de diriger les migrations des troupeaux et de les attirer sur des sites choisis d’après leur topographie favorable à la chasse. Ainsi les Indiens incendiaient régulièrement les bois et les hautes herbes, réduisant de plus en plus les surfaces recouvertes par la forêt.

L’arrivée des colons, agriculteurs et éleveurs, allait bouleverser cet équilibre. En quelques années, avec la disparition des bisons et la mise en culture de superficies de plus en plus grandes, la grande Prairie allait disparaître. Il n’en demeure aujourd’hui que 10% environ, le reste a été converti en terres à céréales. C’est ce que l’on a appelé le « panier à pain de l’Amérique ».

En 1989, le Service de la Protection de la Nature achète le ranch Barnard, au nord de Pawhuska, d’une superficie de 39 000 acres (un rectangle de 13 kilomètres de longueur et 12 de largeur). Son but : recréer un échantillon de la Prairie d’origine, donc un écosystème faisant intervenir les facteurs indispensables que sont les actions du feu et du bison combinées au climat. Un troupeau de trois cents bisons est introduit dans cette réserve naturelle. Sur la carte, la réserve nouvellement acquise est découpée en parcelles équivalentes.

    Chaque année, l’une d’elles, tirée au sort, est incendiée. Le résultat ne se fera pas attendre : en quelques années l’ancienne Prairie perdue a été retrouvée. Les bisons ont proliféré et l’effectif du troupeau atteint actuellement les 2 000 têtes.

tallgrass_3 la prairie en feu

A Pawhuska et dans tout le comté, les Osages observent cette renaissance avec émotion. Cliquez pour voir le diaporama "bisons dans la prairie"

bison1 voir également l'album "bisons dans la Prairie"