Ashuapmushuan

En ce jour ensoleillé, le pick-up est de sortie pour nous amener, sous la conduite experte de Claude Boivin, dans un lieu impressionnant : la chute de la Chaudière. Nous traversons sur plusieurs dizaine de kilomètres le territoire innu dans lequel s’étend à perte de vue la forêt d’épinettes. Ce bois, exploité pour la pâte à papier, pousse naturellement dans cette région et occupe une grande partie de l’espace.

_pinette

épinettes (une espèce d'épicéa)

 

Mais nous entendons souvent notre chauffeur évoquer les coupes à blanc pratiquées par les compagnies forestières au détriment de toute la biodiversité et des lieux chargés d’histoire.

DSCF0624

Il le fait lorsque nous croisons les gros engins de transport chargés de bois et roulant à toute vitesse sur la route principale ; Claude nous montre également la technique particulière des forestiers qui laissent une bande non exploitée en bordure de la route et coupent systématiquement toute la partie arrière.

DSCF0614

Mais une fois abandonnée la route principale et emprunté les chemins boueux et troués, l’atmosphère se détend et nous nous attardons sur les crottes d’ours noirs laissées en plein milieu du chemin ; ou sur les bleuets qui ont bien mûri et dont la couleur orne les bas cotés ; ou encore, nous observons les très nombreux lacs parsemés à travers une alternance de collines ondulées et de terres basses.

DSCF0619

 

Puis tout à coup, le pick-up s’arrête et nous terminons à pied : nous arrivons au bord de la rivière Ashuapmushuan, là où elle constitue la chute de la Chaudière.

 

DSCF0620

Impressionnant ! La rivière est majestueuse et sauvage et lâche des gerbes d’eau qui montent à plusieurs mètres de hauteur ; ce sont d’immenses tourbillons d’eau, de brumes qui s’offrent en spectacle. Les eaux de la rivière s’insinuent entre les rochers, dévalent les chutes de plusieurs centaines de mètres de long, se cognent contre les berges, rebondissent contre d’autres énormes blocs de pierre ; le tout multiplié en plusieurs endroits et avec un grondement sourd qui nous donne l’impression d’être bien petits à côté de cette nature pleine d’énergie.

DSCF0622

 

Cette énergie a permis de creuser la roche dans tous les sens et ainsi, de vastes rochers troués dont on ne devine même pas le fonds, parsème les bords de la rivière ; l’eau y pénètre par le bas et ressort par le haut, écumante, faisant penser à de vastes chaudières.

 


DSCF0621

Gérard Massip et Claude Boivin

L’Ashuapmushuan, c’est en langue innu « là où on guette l’orignal ». Autrefois utilisée dans les expéditions de la route des fourrures reliant la baie d’Hudson à Tadoussac, la rivière représente une valeur patrimoniale importante pour les Innus qui la fréquentaient depuis longtemps ainsi que les coureurs des bois pour se rendre dans les régions où les animaux à fourrure pullulaient.


orignal

l'orignal ou élan du Canada

 

 

Mais cette énergie de la dernière rivière sauvage du Québec est convoitée ; des projets de barrage sont de temps en temps mis en débat ; jusqu’ici, la pression populaire des québécois, et pas seulement des Innus, a fait reculer les promoteurs de ces projets. Mais le débat reste ouvert, y compris au sein du conseil de bande de Mashteuiasth, du moins nous a t-il semblé.


ouananiche2

Ouananiche ou saumon du lac St Jean

 

Impétueuse et sauvage, l’Ashuapmushuan compte les plus importants sites de reproduction de la ouananiche, ce poisson endémique du Lac Saint-Jean, sorte de saumon-truite qui ne se trouve que là et qui a bien failli disparaître il y a de cela quelques années. ( à suivre)

Gérard Massip