Les cérémonies de la pipe chez les Osages


pipe2


L’un des rites parmi les plus importants de la tribu osage était la cérémonie de paix dont on disait qu’elle trouvait son origine dans la vision d’un grand prophète de l’ancienne Amérique du Nord. Par cette cérémonie, un individu ou le village tout entier pouvait franchir les limites de la famille, du clan ou même de la tribu afin de promouvoir la paix et de réaffirmer sa parenté avec tous les êtres vivants. Les premiers explorateurs français ont témoigné dans leurs écrits de ce rite pratiqué par les Osages pour une tribu de la Confédération des Illinois dans les années 1720.

pipe1

La même cérémonie était autrefois pratiquée par la plupart des tribus des Plaines, de nombreuses alliances furent ainsi conclues entre les tribus. On pense que la cérémonie trouve son origine chez les Pawnees, les plus anciens et les plus terribles des ennemis des Osages. Dans l’Amérique du Nord d’autrefois il y avait une importante tradition d’emprunt et de circulation des idées religieuses ou culturelles aussi bien entre amis qu’entre ennemis. L’homme blanc appelait cette cérémonie « la danse de la pipe » à cause de la participation du public à la cérémonie quand les pipes sacrées étaient élevées au-dessus des participants et que les chants montaient au-dessus d’eux. Bien qu’il n’y eut que très peu de danses dans cette cérémonie, les pipes jouaient un rôle important et le profond respect qui leur était porté frappait les esprits des observateurs.

calu

Le plus souvent les écrits des premiers explorateurs, comme plus tard le cinéma, ont réduit le rôle de la pipe de paix à l’arbitrage des conflits par les grands chefs. Les pipes, en elles-mêmes agissaient en tant qu’arbitres. Aucun homme ne pouvait mentir après que ses lèvres eussent touché la pipe et un serment fait au-dessus de la pipe liait pour toujours celui qui l’avait prononcé. Celui qui avait osé faire un mauvais usage de la pipe devait s’attendre à des conséquences terribles. L’homme blanc n’a jamais bien compris le profond respect qu’inspirait le pipe. Ce n’était pas la pipe elle-même mais les idées qu’elle incarnait qui étaient objet d’estime. Comme disait un aîné « si grands sont l’affection et le respect que nous portons à ces pipes que si nous les reconnaissions imitées par des enveloppes de maïs nous les honorerions tout autant. »

L’apparente simplicité de la forme de la pipe était en réalité chargée de symbole. Le tuyau de bois représentait les arbres et les autres plantes. Le fourneau de pierre représentait les rochers à l’origine de de la terre. Les plumes qui y étaient attachées symbolisaient les oiseaux, messagers ailés, ainsi que l’air. Les fourrures et les lanières de cuir figuraient les animaux terrestres. Les grains composant les mixtures à fumer évoquaient la multitude d’esprits et d’êtres vivants; la fumée sacrée des Osages était obtenue à partir des feuilles séchées du Sumac. Avant de la fumer, la pipe était présentée aux quatre directions, puis au ciel et à la terre et à toute combinaison des puissances qui devaient être invoquées, demandant aux Esprits supérieurs de participer à l’acte de fumer. Une braise rougeoyante représentant l’étincelle de la vie était placée dans le fourneau, et le fumeur tirait une bouffée qu’il partageait avec tous les êtres vivants et rejetait la fumée comme une visible prière ou un appel. La fumée était considérée comme absorbée par le royaume invisible, où elle allait vers les différents pouvoirs.

calumet2calumet3calumet4

Carl Ponca, Osage, à Albias en septembre 1990

La cérémonie de la pipe ou « Danse de la Pipe » était organisée quand un membre de la tribu voulait « faire sien un parent » par l’adoption spirituelle d’une personne pour laquelle il ressentait une profonde considération. L’adoptant devenait un « père » pour l’adopté qui se comportait comme s’il était son « enfant ». L’enfant représentait aussi tous les enfants et la cérémonie était aussi bien un appel pour la santé et le bien-être du jeune que pour ceux des générations à venir. Les deux personnes qui étaient devenues parentes devaient rester ainsi liées tout le restant de leur vie, partageant tout ce qu’ils pouvaient avoir et s’entraidant en cas de besoin. La cérémonie d’adoption apportait la bénédiction à tout le peuple et servait d’exemple pour montrer que chacun devait traiter les autres comme ses parents.

Aujourd'hui les Osages ont perdu la cérémonie de la pipe. Ils en conservent cependant la nostalgie comme en témoignent les évocations qu'ils nous en firent lors de leur première visite en Occitanie en septembre 1991.

calumet1

Bob Block, Osage présentant la pipe ; à gauche Lucille Robedeaux. Albias (82) 1991