Au Jardin des Plantes


Le programme de toute visite à Montauban de membres de la tribu Osage comprend, bon an mal an, un détour par le Jardin des Plantes. Il y a ainsi des passages obligés, "traditionalisés", pour ne pas dire ritualisés tels que la traversée du Pont Vieux, la visite à l'évêque (cette année impossible malheureusement) et le Jardin des Plantes.

_veque

John Maker et Vann BigHorse reçus par l'évêque de Montauban (2007)

Cette habitude remonte à juillet 1992. Cette année-là,pour la première fois, une terre y fut dédiée aux Indiens d'Amérique. Nous célébrions, avec les délégués de huit tribus d'Oklahoma, "Cinq siècles de résistance indienne et occitane". La petite parcelle choisie par la municipalité fut donnée solennellement aux peuples Osage et Cherokee et un Séquoïa fut planté par une jeune Cherokee nommée Vanessa Williams. Il a beaucoup grandi depuis. C'est un futur géant que l'on viendra voir de loin pour la foire de Montauban, quand nos arrière petits-enfants seront devenus grands-parents. Et puis il y a la stèle, cette pierre portant mention du passage, en 1829, des trois ancêtres osages : Petit-Chef, Grand-Soldat et Femme-Faucon. Le résumé de l'histoire se termine par une citation attribuée au chef Seattle : "La terre n'appartient pas à l'homme ; l'homme appartient à la terre" 

PICT0029

Kevin et Mme Abourezk, venus du Nebraska, sont accueillis par Gérard et Evy Massip sur la terre indienne du Jardin des Plantes de Montauban

Cette année donc nous nous sommes rendus, en bande organisée, armés de notre seule bonne volonté, au Jardin des Plantes.

D'abord sur la terre indienne. Les dessins de Rosendo Li se passent de commentaires (ce qui ne vous empêche pas d'en laisser un si cela vous inspire)

RedimensionnerRosendo9

RedimensionnerRosendo9a

Nous avions tenu a honorer une personne respectable, aujourd'hui disparue, qui faisait partie de la première délégation en 1990 : Mrs Lucille Robedeaux. Elle était la dernière locutrice "naturelle" de la langue osage. Sa présence était symboliquement évoquée par la couverture très ancienne qu'elle nous avait laissée cette année-là et qui fut étalée sur la terre indienne pendant toute la durée de la cérémonie.

Ensuite nous sommes allés un peu plus loin planter l'oranger des Osages. Comment pouvions-nous en effet mieux marquer le lien qui nous unit aux Osages qu'en pérennisant leur présence au moyen d'un arbre qui porte leur nom (la cause en est, rappelons le, dans le fait que les Osages utilisaient son bois pour fabriquer leurs arcs qui jouissaient d'une grande renommée dans le monde indien).

Pour nous aider dans cette tâche agricole nous bénéficions d'une main d'œuvre qualifiée et nombreuse. Citons quand même : le chef principal des Osages, Mr Jim Gray ; les membres de la délégation Osage présents ; le Consul des Etats-Unis, Mr David Brown ; les membres d'OK-OC et de nombreux enfants qui viendront voir pousser l'arbre qu'ils ont planté et raconteront notre belle histoire à leurs enfants et petits-enfants. Ce fut une belle cérémonie sacralisée à la fumée de cèdre que répandait notre ami Kevin Mustus.

Rosendo13

89

10

Mrs Paula Stabler et Mr David Brown, planteurs

6

4

Le consul et le chef après la plantation : " elle est bien bonne !"

Ce fut une belle journée. La Jardin des Plantes de Montauban devient ainsi, peu à peu, le Jardin des Osages. Cela fait 20 ans que nous y travaillons. Rendez-vous en 2029 pour le 200ème anniversaire (le Séquoïa devrait  alors mesurer dans les 40 mètres de hauteur).

Dessins de Rosendo Li ; photos de Michel Monesma