Les Messagers du vent

On connaît l'histoire des Messagers du vent grâce au film Wind Talkers, de John Woo, qui met en scène les Navajo Code Talkers, les opérateurs-radio en code navajo. Pendant la deuxième guerre mondiale des dizaines de jeunes Indiens Navajo s'enrôlèrent dans l'armée américaine pour aller combattre les japonais dans le Pacifique avec une spécialité : la communication-radio en langage codé.

NCT3

mediasL'encodage d'un message secret est une technique vieille comme la guerre. Des signaux de fumée aux codes à clé en passant par le Morse, tous ces systèmes sont connus et déchiffrables par les services spécialisés de toutes les armées du monde. Il fallait donc trouver un système indéchiffrable. C'est le colonel Woodward du haut commandement des Marines qui décida de faire appel aux Navajos. L'appel fut entendu ; par dizaines puis par centaines des jeunes Navajos s'engagèrent dans le corps des Marines des États-Unis. Seule condition spécifique exigée : ils devaient parler parfaitement les langues anglaise et navajo

NCT2

Pourquoi la langue navajo ? Parce c'est une langue non-écrite du groupe athabascan et qu'elle n'est pratiquée que dans la réserve du Navajo Land (Arizona, Utah et Nouveau-Mexique) par un groupe humain relativement restreint. La probabilité qu'elle soit comprise par l'armée japonaise était donc très faible. Mais un autre avantage allait compliquer le déchiffrage. Dans la langue navajo il n'y a aucun mot pour le vocabulaire militaire moderne. Il fallait faire appel à la créativité, souvent poétique et humoristique des jeunes navajos. Ils inventèrent ainsi tout un dictionnaire dont voici, traduits du navajo en français,  quelques exemples :

Avion=oiseau ; bombardier=faucon-poulet ; haut commandement=chef de guerre ; mortier=fusil assis ; ruisseau=très petite eau ; sous marin=poisson de fer ; Amérique=notre mère ; Angleterre=entre les eaux ; France=barbus ; Japon=yeux bridés ; etc. Il y avait ainsi des centaines de mots et expressions qu'il fallait apprendre et retenir. L'entraînement et la formation des jeunes recrues à la transmission en langage codé eut lieu à Camp Pendleton, la base des Marines sur la côte du Pacifique en Californie à quelques miles au nord de San Diego.

Navajo_Pendleton

On peut comprendre qu'un tel système à double encodage ait été indéchiffrable et puisse avoir semé la perplexité parmi les spécialistes du décodage de l'armée japonaise. A noter que d'autres langues indiennes furent aussi utilisées dans le même but au cours des deux guerres mondiales. Citons le cherokee, le choctaw, le comanche, le meskwaki. Et on dit même que le basque fut utilisé par des soldats américains ayant cette origine (mais jamais l'occitan, sauf, peut-être, pendant la guerre de cent ans).

dernier

Le repos du guerrier occitan (par Fijac)

Redevenons sérieux ("la guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des militaires" - Clémenceau)

Les Veterans (Anciens combattants) sont particulièrement honorés dans toutes les tribus indiennes. On les voit souvent dans les pow wow marcher en tête de la Grande Entrée, en uniforme orné de plumes d'aigles, portant fièrement la bannière étoilée et les fanions de leur unité. Les plus admirés sont certainement les anciens Navajo Code Talkers. Ils sont souvent invités à des pow wow éloignés de la réserve. C'est ainsi qu'en 1995 j'ai pu voir défiler deux de ces grand-pères en tête du pow wow de Memphis (Tennessee). Ci-dessous Edgard Strigler assistait au grand rassemblement des Navajo Code Talkers

DSC01776DSC01777

DSC01783DSC01814

Photos : Edgard Strigler

NCT1

Wikileaks

L'affaire Wikileaks avec la diffusion de messages diplomatiques Top secret, de commentaires militaires Secret Défense, ou plus généralement de considérations triviales voire indiscrètes, pose  cette fois encore le problème de l'encodage de la communication officielle. Avec la généralisation d'Internet ce ne sont plus les seuls militaires qui sont concernés mais tous les secteurs d'activité humaine. Dans son édition du 7 décembre le New York Times propose une solution au président Obama. Je vous la laisse découvrir ci-dessous.

Navajo_Obama

Obama : "C'est le seul moyen que j'aie trouvé pour en finir avec Wikileaks"

Merci à Marie-Claude Strigler qui nous fait partager ce scoop. Jean-Claude Drouilhet

  • « Les guerres ont toutes des prétextes, mais n'ont jamais qu'une cause : l'armée. Otez l'armée et vous ôtez la guerre » - Victor Hugo
  • « La paix dans le monde n'est pas menacée par les révoltés, mais par les soumis » - Georges Bernanos
  • « Quiconque trouve du plaisir à marcher en rangs serrés, au son de la musique est, pour moi, d'emblée, un objet de mépris. Il n'a reçu son cerveau que par mégarde puisque la moelle épinière lui aurait amplement suffi. Cette honte de la civilisation devrait être supprimée aussi vite que possible. Héroïsme sur commande, violence insensée, chauvinisme pénible, comme je le hais ardemment ; comme la guerre me paraît basse et méprisable, je préférerais me laisser couper en morceaux plutôt que de participer  à des agissements aussi misérables. » - Albert Einstein