L'aigle Pygargue à tête blanche

(emblème des États-Unis)


emblemeusa


L'aigle pygargue à tête blanche est l'emblème national des États-Unis ; ils étaient à peu près un demi million d'individus avant l'arrivée des premiers colons Européens. Ils sont indigènes de l'Amérique du Nord. On les trouve tantôt au nord en l'Alaska et au Canada tantôt au sud du Mexique.

aigle4

L'aigle pygargue est facilement identifiable par sa tête et sa queue blanches. Cet oiseau majestueux peut avoir jusqu'à 1m de hauteur et l'envergure de ses ailes peut atteindre 2m. Les mâles peuvent peser jusqu'à 3 à 4 kilogrammes, tandis que les femelles pèsent jusqu'à 4 à 6 kilogrammes.

aigle5

Le 20 juin 1782, l'aigle pygargue a été choisi comme emblème des États-Unis d'Amérique, en raison de sa longue vie, de sa grande force et de son apparence majestueuse représentant la liberté. Mais pour les amérindiens, cet oiseau est plus qu’un simple emblème national ; il est le plus sacré des oiseaux car il vole le plus haut et donc le plus près du Créateur. Cependant, cet oiseau magnifique a été déclaré espèce en danger aux États-Unis en 1976*. Lorsqu'il a été choisi comme symbole national en 1782, il y avait à peu près 100.000 couples vivant dans les 48 États inférieurs des États-Unis. Mais en 1963, la population d'aigles pygargues a été réduite à 417 couples aux États-Unis continentaux !

Comme la population humaine s'est développée et s'est déplacée davantage vers l'ouest, la population d'aigle a diminué. L'homme et l'aigle chassent les mêmes ressources et pour ajouter au problème, l'homme chassait l'aigle. Sa population a été brusquement réduite vers les années 1800.

Ce n'est que dans les années 30, que le public américain commence à se rendre compte de la diminution de la population d'aigle pygargue, et c’est en 1940 qu’est pris le décret de protection. En conséquence de quoi, la population recommence à augmenter. Cependant, avec l'introduction du DDT et d'autres pesticides qui ont empoisonné les oeufs pondus la population d'aigle adulte a diminué de nouveau. Entre les années 60 et 70, le public a pris conscience, ainsi que beaucoup d'États, de classer l'oiseau national sur les listes d'espèces en danger. Les organismes fédéraux, des privés et les tribus indiennes ont réussi avec succès à alerter le public afin de protéger son habitat au niveau national. Le 4 juillet 1976, le US Fish and Wildlife Service (le service national de la protection des poissons et de faune) a officiellement reconnu l'aigle comme espèce en danger au niveau national.

Arch3

danseurs traditionnels osages (Gray Horse, Oklahoma)

Grâce à cette mesure forte, en 1994, la population d'aigle était revenue à 5.748 couples environ et le US Fish and Wildlife Service a modifié l'état de l'aigle pygargue de « mise en danger » à « menacé ». En juillet 2000, le US Fish and Wildlife Service propose que l'aigle pygargue soit déclaré entièrement « récupéré » mais la décision a été retardée jusqu'à ce que puisse être formulé un plan sur la façon dont peut être contrôlée l'espèce une fois rayée de cette liste. Même si le US Fish and Wildlife Service retire l'aigle pygargue de la liste des espèces "menacées", elle sera toujours protégée par la Migratory Bird Treaty Act and the Bald and Golden Eagle Protection Act (le décret de traité de migration des oiseaux et le décret de protection des aigles pygargues et royaux). Ce décret dans l'article 703 interdit "la chasse,...possession,...tuer,... transporter,...faire du commerce,...échange,...exporter et importer des aigles..." Il est illégal pour toute personne de détenir des aigles, des morceaux d'un aigle, des nids, ou des oeufs sans un permis. La possession d'une plume ou de tout autre morceau du corps, est un crime pouvant entraîner une amende jusqu'à $5.000 et/ou une peine d'emprisonnement. Depuis des centaines d'années les amérindiens ont utilisés des plumes d'aigle pour des raisons religieuse et des buts culturels, tels que usages curatifs, mariages, et cérémonies de baptême. C'est un honneur de recevoir une plume d'aigle. Tout en reconnaissant l'importance de ces plumes pour les Indiens d'Amérique, au début des années, 70 la Migratory Bird Treaty Act and the Bald and Golden

CliffordMoar4

Clifford Moar, chef des Innus de Mashteuiatsh (Québec)

Eagle Protection Act a créé, une organisation appelée le National Eagle Repository (le dépôt national d'aigle). Cette organisation rassemble les plumes des aigles royaux et pygargues pour les fournir aux Indiens qui sont membres des tribus reconnues par le gouvernement fédéral. Mais il y a bien plus de 500 tribus fédéralement reconnues aux USA dont certaines ont des centaines de membres tribaux ! L'organisation ne peut pas fournir, malgré ses efforts, assez de plumes pour chaque besoin. Beaucoup attendent même des années avant même d’avoir le droit de recevoir une plume ! Il y a encore des améliorations à faire ! Pour tous les citoyens Américains l'occasion de voir voler un aigle pygargue à tête blanche, de son vol majestueux, si haut dans le ciel, est un privilège et c'est avec une grande joie qu'ils voient son retour ! Il est en effet, un oiseau sacré !

Everett3

Everett Waller, Osage de Hominy (Oklahoma)

Nota Bene : Il faut savoir que ce problème n'existe ni au Canada ni en Alaska la population humaine étant moins importante que celle plus au sud de la frontière Canadienne

Jennifer HARLAY