L'Eglise des

 

Premiers Américains

 

dite " Religion du Peyotl "

 

Peyote_meeting

 

Excédés par les déplacements forcés et les pressions du gouvernement en vue de leur faire suivre les programmes de civilisation, de nombreux Osages rêvaient de se libérer de l'oppression. Pour ceux-là, la religion du peyotl était une réaffirmation de leur identité. Les adeptes de cette religion absorbaient les bourgeons d'un cactus, le peyotl, qu'ils se procuraient dans le sud ouest des Etats-Unis et au Mexique. Les vertus hallucinogènes du peyotl (dues à l'un de ses alcaloïdes : la mescaline) coincidaient, dans la tradition spirituelle indienne, avec la signification profonde du rêve et de la vision. Aussi le peyotl avait-il valeur de sacrement au même titre que le pain et le vin dans la tradition catholique.

peyotl01peyotl02

Les cérémonies se pratiquaient parfois sous des tipis, mais le plus souvent dans des églises rondes en bois, au toit cônique surmonté d'une croix chrétienne.

Peyote_meeting_02

NAC02

 

La seule ouverture était l'entrée, toujours orientée à l'est. L'intérieur ne présentait aucune sorte d'ornement ni de décoration. Le sol en terre battue était creusé d'un sillon orienté est-ouest selon la marche du soleil ( le Grand-Père chez les Osages). Au centre, un trou creusé dans la terre recevait un feu - le soleil encore, confondu avec Wa-Kon-Dah, le Grand-Esprit, lui-même assimilé au Dieu chrétien et à Jésus - qui devait être entretenu durant toute la cérémonie. Celle-ci durait au moins toute une nuit, quelquefois plusieurs journées et nuits consécutives.

Les croyants, assis à même le sol autour du foyer, priaient sous la direction de l'officiant, en mâchant du bourgeon de peyotl qui circulait de main en main

Le nombre des adeptes de l'Eglise des Premiers Américains décrut après la première guerre mondiale. La répression et l'intolérance décourageaient les Osages de pratiquer leur culte. Vers 1980 on dénombrait environ 150 adeptes de la religion du peyotl, un effectif qui a bien augmenté depuis. En effet la double appartenance religieuse est aujourd'hui admise par l'Eglise catholique. De plus les Indiens, et pas seulement les Osages, ont résisté et résistent encore au nom de la liberté religieuse au gouvernement de Washington qui prétend interdire le rite de peyotl au titre de la loiu sur les stupéfiants.

En effet, il reste dans la réserve osage une douzaine de ces églises rondes, en bon état et toujours fonctionnelles. Le groupe OK-OC qui fut reçu chez les Osages en été 1991 eut l'occasion de le vérifier. Une première fois à Hominy où se tenait une cérémonie à laquelle nous ne pûmes assister ; une autre fois près de Gray Horse où la visite se fit par petits groupes, sous la conduite de Ed Red Eagle Jr. Une cérémonie s'y était tenue quelques jours auparavant. La consigne fut donnée de ne pas prendre de photos à l'intérieur de l'église.

Par simple respect.

RedEagleJrNAC