Quand un Osage d'Oklahoma
se soucie du sort
des Roms en France
(g à d) Paul Bemore, Joe Hall, Kevin Mustus - Lavercantière (Lot), 2012
Joe Hall, 42 ans, est un ancien Drumkeeper (Gardien du Tambour) de la communauté osage du village de Grey Horse (sur la réserve osage près de la ville de Fairfax en Oklahoma). Il a occupé cette fonction honorifique pendant sept ans (de l'âge de 8 à 15 ans). Ce qui lui vaut aujourd'hui de tenir une position importante dans le comité d'organisation de la danse de guerre du mois de juin (I'n-Lo'n-Schka dance), au côté de son oncle Archie Mason.
PICT0019
Joe Hall a été, à plusieurs reprises, l'un des invités d'OK-OC à Montauban. Il a, en ces occasions, rencontré des Tsiganes du groupe Manouche. C'est peut-être ce qui  explique son intérêt pour la question qu'il pose dans un e-mail qu'il nous a récemment envoyé et dont on lira une traduction ci-dessous :
PICT0028_2
« Je regardais Paris 5 ( France 5 ?) et un reporter disait que votre Premier ministre expulsait de force de nombreux camps de Roms.
Que diable se passe-t-il ? Est-ce que votre peuple a perdu la tête ? Je voulais juste vérifier. La nouvelle me semblait bien trop familière ; au moins les camps ne se battent pas entre eux ; c’est une bonne chose. Autrement, ça ressemblait aux attaques des Cheyenne et des Arapaho contre nous…
En tout cas, j’ai lu ça et ça m’a choqué. Alors j’ai pensé que je demanderai à l’homme qui saura répondre. Comme toujours, je prie pour que toi et les tiens se portent bien. »
Voici la réponse de « l'homme qui saura répondre »

- D'abord il n'est pas courant qu'un Indien Osage d'Oklahoma se soucie du sort des Roms en France.jcd3 Cela est certainement dû aux rencontres que l'association OK-OC a organisées depuis l'origine entre les Tsiganes de Montauban et les Osages et autres Amérindiens qu'elle a invités.

manouches1

g à d : Maria (Manouche), Clifford (Montagnais), Alain (Manouche), Kevin (Nakota), J-Claude (Oc), Jessy (Manouche), José (Manouche)

ROMS8- Il faut ensuite rappeler succinctement que les Roms. sont des Tsiganes. Ce peuple, originaire d'Inde et plus précisément de la plaine du Sind, dans le bassin de l'Indus, dut fuir sa terre d'origine pour une raison encore mal connue. Au cours de sa migration vers l'ouest des groupes se séparèrent en nomadisant en divers pays d'Europe : les Roms en Russie, Pologne et Europe centrale, Les Manouches en France, Allemagne, Angleterre, les Sintis en Italie, les Gitans en Espagne et France (pays catalan).

 

 

- Ils ne furent pas toujours bien accueillis dans ces pays, les populations locales les considérant avec méfiance sinon avec hostilité. Ce rejet eut pour effet de renforcer le communautarisme. Une grande solidarité cimentait les familles élargies. Leur goût prononcé pour le nomadisme et un sens inné de la liberté contribuaient encore plus à leur isolement. Aujourd'hui encore les populations locales voient toujours avec agacement arriver dans le voisinage des dizaines de caravanes qui parfois s'installent durablement et contribuent ainsi à déprécier le foncier environnant.

ROMS2

- Des pays d'Europe centrale leur ont créé des situations souvent intenables, les maintenant dans un état de misère insupportable. Ce qui explique leur émigration vers des pays moins hostiles.
- La France est l'un de ceux-là. Des Roms sont arrivés, attirés par des conditions d'existence estimées plus favorables : niveau de vie, services sociaux, associations de solidarité.
- Ces Roms, bien qu'Européens, sont étrangers (contrairement aux Manouches et Gitans du pays catalan ou de Provence qui eux sont Français). Ils vivent groupés en camping sauvage dans des vieilles caravanes, ou dans des bidonvilles, parfois dans la rue. Comme ils n'ont aucun moyen légal de subsistance ils ont recours à divers expédients : récupération, mendicité, délinquance, petites escroqueries.

ROMS7

- Cependant, il ne faut pas exagérer le risque de subir les petits larcins commis par des jeunes filles roms à proximité des sites touristiques de Paris. Il est à peu près de l'ordre de grandeur de la probabilité de gagner le gros lot du loto.
- L'effectif de ces familles roms immigrées est compris entre 15 000 à 20 000 personnes. Il s'agit donc d'une population numériquement insignifiante, en tout cas elle n'est pas de nature à troubler l'ordre public ni menacer les institutions républicaines.

ROMS6

- Je pense que le moment est venu maintenant de donner la parole à Alain Daumas. Qui est Alain Daumas ? C'est mon voisin ; il habite mon quartier avec toute sa famille au sens large, ses amis et ses nombreux visiteurs. Il est aussi mon ami. Mais son titre principal est celui de président de l'Union Française des Associations Tsiganes (UFAT) qui fédère une soixantaine d'associations de "Gens du Voyage". Enfin, son titre de gloire est d'être l'un des Médiateurs européens en charge des questions liées au monde tsigane. A ce titre il intervient dans les instances européennes et auprès du gouvernement français. C'est un homme intègre, un sage unanimement respecté dans son quartier peuplé de gadjé (non-tsiganes). Ecoutons-le...
Le point de vue d'Alain Daumas

Alain Daumas à Montauban

Avec les Roms, l'histoire se répète telle que nous l'avons connue pendant l'occupation. Les Roms n'ont aucune défense. Le problème qu'ils posent serait pourtant facile à régler. Mais ils sont au cœur d'enjeux politiques. Il s'agit de détourner sur eux l'attention des citoyens. Les gens qui gouvernent notre pays sont incapables de répondre aux besoins réels de la population nationale ou immigrée. Alors, on prend les Roms comme boucs-émissaires... C'est comme en 1936 : avec la crise économique, à l'époque, on se focalisait sur les "nomades". Aujourd'hui, on les appelle "les Roms"

Alain Daumas à la Roma Pride 2013

Nous, à l'UFAT, en tant que Tsiganes, nous ne pouvons pas laisser les Roms sur le bord de la route, quelle que soit leur nationalité. Nous avons toujours été attirés par le rassemblement, que ce soit au sens de la famille très élargie ou bien au sens national comme européen. Tous ceux qui sont victimes de la discrimination, de l'exclusion, de la souffrance, comme les Roms, qui ont les mêmes racines que nous, sont nos frères. Nous sommes solidaires.

DSC05165

La France est fière de se dire le pays des droits de l'homme. Mais elle a encore du chemin à faire...

DSC05163

VallsJ'ai été reçu par Manuel Valls en juillet dernier alors qu'il était ministre de l'Intérieur. Ses actions contre les Roms ne m'ont pas du tout plu. Je le lui ai fait ressentir à plusieurs reprises. Je lui ai demandé trois mois de délai et les moyens financiers pour régler le problème des Roms. En France, c'est un problème mineur. On s'en sert politiquement pour détourner l'attention alors que les Roms ne sont que 15 000 à 20 000 personnes sur plus de 60 Millions. Ce n'est pas un gros problème.

J'ai voté pour ce gouvernement en espérant le changement de politique. Mais on s'aperçoit que rien n'a changé, au contraire tout s'est aggravé.
Maintenant, Manuel Valls est devenu Premier ministre. Je ne pense pas qu'il veuille changer de politique à l'égard des Roms. Au contraire il pourrait s'affirmer dans une politique beaucoup plus ferme. C'est cette fermeté à l'égard de cette population sans défense qui a fait sa popularité. Ça ne s'améliorera pas. Je me battrai pour rendre à mon peuple sa dignité et sa légitimité.

IMG_0628