Qui

avait peur

de son cheval

?

ymaohh_1

En 2003, l'association Oklahoma-Occitania eut le privilège d'accueillir parmi ses invités du Printemps Indien un Sioux-Lakota, Ed Young-Man-Afraid-Of-His-Horse dont le trisaïeul avait combattu aux côtés de Red Cloud.

 

Thašúŋke Khokíphĥapi/Young-Man-Afraid-Of-His-HorseLe trisaïeul Young-Man-Afraid-Of-His-Horse (1836-1900) était Sioux. Il se nommait en réalité Thašúŋke Khokíphĥapi, ce que l'administration s'empressa de traduire en anglais par l'équivalent de Jeune-Homme-Qui-Craint-Son-Cheval. Un nom peu flatteur et complètement ridicule quand on connaît la maîtrise équestre des Sioux. Mais, depuis le texte que nous avons publié au sujet du chef Osage Bacon-Rind (Couenne-de-Lard) nos lecteurs connaissent bien la tendance de certains scribouillards de l'état-civil américain à ridiculiser les indigènes.

Young-Man-Afraid-Of-His-Horse donc était un chef des Sioux Oglala. Son nom mal interprété signifiait en réalité que ce jeune guerrier effrayait ses ennemis à tel point que la seule vue de son cheval les paralysait.

On aurait donc dû traduire par quelque chose comme Jeune-Homme-Redouté-Autant-Que-Son-Cheval.

 

INDIAN_WAR_HORSE_the_GOLDEN_SUN

 

Au côté du célèbre chef Red Cloud, il dirigea de nombreuses batailles contre les chercheurs d'or, les trafiquants et les colons. Après le massacre de Wounded Knee en 1890 il participa à la négociation de reddition en face du général Miles. Il mourut en 1900 dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Il est enterré au cimetière presbytérien Makansan près d'Oklala (Sud Dakota)

Edmond Young-Man-Afraid-Of-His-Horse

à Montauban en 2005

 

ed_03Un képi du 7e régiment de cavalerie à la visière frangée comme une épaulette d'officier, le tout surmonté d'un cimier en poils de porc-épic et de deux plumes d'aigle, telle était l'étonnante coifure d'Edmond Young-Man-Afraid-Of-His-Horse en tenue de parade. Un autre trophée ramené par son ancêtre debuglela bataille de la Little Big Horn était ce bugle de cavalerie conquis à l'ennemi que Ed tenait fièrement dans sa main droite pendant les danses. Ed est un descendant de la septième génération des héroïques guerriers de 1876. Il était la figure de proue de nos manifestations organisées du 17 au 25 mai 2005 « Au nom de la septième génération ». Tout au long de ces dix journées de rencontres, les débats avaient tourné autour de la question de savoir quel monde nous laisserions à nos descendants jusqu'à « la septième génération »

 

Ed tenant le bugle dans sa main droite

Ed est revenu en France quelques années après, invité par l'association "Un lien et des ponts pour le monde". Celle-ci pratique, comme OK-OC, des échanges culturels et des rencontres improbables entre des peuples éloignés par la distance mais proches par le cœur. C'est ainsi qu'ont pu se rencontrer des Sioux, des Masaaï, des Gitans et des autochtones bien sûr

 

Ed et notre ami Robert Hervé

échange de cadeaux entre Ed et un guerrier Masaaï

 

 Enfin, pour en savoir plus sur l'association "Un lien et des ponts pour le monde", nous ne saurions trop vous recommander de visiter son site

 On reconnaîtra sur la bannière, à gauche Ed Young-Man-Afraid-Of-His-Horse et vers le milieu Robert Hervé, grand violoneux devant l'Eternel

 

Capture01_temp

http://www.unlienetdespontspourlemonde.com/pages/historique.html