Deux villages du Tarn-et-Garonne

ont accueilli nos trois invitées Osages

Kathryn Red Corn, Danette Daniels et Florence Big Hearth

 

DSC_0159

En vingt-cinq ans d'échanges culturels entre les Occitans de Montauban et les Osages d'Oklahoma, nombreuses sont les communes qui ont souhaité recevoir les visiteurs osages et témoigner de leur sympathie. Certaines ont suivi l'exemple de Montauban et ont dédié une parcelle de leur village à une tribu. On en compte actuellement une quinzaine. Il ne pouvait être question en l'espace d'une semaine de les visiter toutes. Deux ont été choisies pour leur proximité et leur fidélité à nos échanges : Albias et Saint-Nicolas-de-la-grave

Commune d'Albias

 IMG_0858

A 8 kilomètres au nord de Montauban, le village d'Albias a été le premier à accueillir nos quarante-trois visiteurs osages en septembre 1990 à l'occasion d'une soirée mémorable dans une salle des fêtes pleine à craquer. La municipalité de l'époque, présidée par son maire Robert Battut, était présente et accueillait nos premiers visiteurs osages comme il convient.

Deux ans plus tard, cette même municipalité dédiait une petite parcelle communale à la tribu Ponca (une tribu parente des osages) représentée par John Williams, directeur du festival des Indiens d'Amérique d'Anadarko (Oklahoma)

 

John_Williams__Ponca_2

 

Le 29 septembre 2006 cette terre d'Albias fut également dédiée à la tribu Stoney (ou Assiniboin) de l'Alberta (Canada). Kevin Mustus, membre de cette tribu Sioux-Nakota, accepta ce don de terre au nom de son peuple. Il étala ensuite une couverture indienne sur la parcelle, invita les membres présents de la municipalité à s'y asseoir en cercle avec lui et ensemble ils fumèrent le traditionnel calumet de la paix. La fumée montait vers le ciel. Le même pour tous.

Kevin

Kevin Mustus

Aujourd'hui ce sont nos trois invitées osages qui ont invité la municipalité d'Albias à venir prendre la pose sur la terre indienne de la commune.

osagesalbias

Sur la terre indienne d'Albias

A droite de la photo, Mme Véronique Magnani, maire d'Albias. Le maire-adjoint, Michel Monesma, est derrière l'appareil.

Après la cérémonie et les photos sur la terre indienne, nous sommes entrés dans une salle de la mairie où Véronique Magnani a prononcé un vibrant discours de bienvenue et offert la médaille de la ville d'Albias à Kathryn Red Corn, Danette Daniels et Florence Big Hearth Tranum

V_ronique

 IMG_0850

 

IMG_0856

DSC_0156

Dans sa réponse qu'elle a faite au nom de la délégation et de sa communauté tout entière, Kathryn a rappelé le lien très fort qui unit nos deux communautés et a vivement remercié la France, l'Occinaie et Albias pour leur accueil chaleureux. A la suite de quoi nous sommes passés à la table d'un restaurant réputé du village à l'enseigne de " L'embucaïré ", traduction de l'Occitan : " celui qui gave (les oies, les canards) " Ceci pour bien faire remarquer que nous sommes au pays du foie gras, une grande spécialité du Sud-Ouest qui commence à être connue outre-Atlantique mais qui nécessite, pour être appréciée, une initiation plus ou moins longue selon les cas. Le foie gras, cela ne se mange pas comme du pâté, pas plus que le Champagne ne se boit comme du vin de table. C'est tout un art de le produire et toute une éducation de le déguster. Respect.

IMG_0859

 

Commune de Saint-Nicolas-de-la-grave

Nous quittons Montauban vers l'ouest au petit matin du samedi 8 novembre. Saint-Nicolas est à 32 km, sur la rive gauche de la Garonne, donc en Gascogne. Le temps est clair, il ne fait pas froid, la journée sera belle.

Saint-Nicolas est l'un des villages incontournables pour OK-OC, les Indiens, les Américains des USA et ceux du Canada. Plusieurs raisons à cela :

* C'est ici qu'est né Antoine Laumet. Si cela ne vous dit rien, sachez qu'en Nouvelle-France il s'appelait Monsieur de Lamothe-Cadillac et plus simplement " Cadillac " Il est le fondateur de Detroit (Michigan), du moins du Fort-Détroit à partir duquel la ville s'est agrandie. Il a aussi donné son nom, à titre posthume, aux modèles " Cadillac " de la marque GMC. Pour connaître l'histoire de Cadillac reportez-vous à un précédent article de ce blog ou bien encore celui-ci

* C'est encore ici qu'a été dédiée en 1992 l'une des toutes premières terres indiennes aux tribus Chotaw (représentée par Charley Jones) et Seminole (représentée par Jim Burgess)

* Enfin, entre OK-OC, la municipalité, l'office de tourisme et la population de Saint-Nicolas, c'est un fort courant de sympathie qui nous traverse depuis plus de vingt ans

Nous sommes gentiment reçus, comme à l'accoutumée, par une délégation de l'office de tourisme. Direction la maison natale de Cadillac devenue le musée Cadillac à quatre pas de l'église. Nos invitées, Kathryn et Danette ( Florence est partie à Mâcon) visitent les quatre pièces de la petite maison de "Monsieur Cadillac"

 

devant le lit à baldaquin de Cadillac

 

Kathryn dans la salle à manger de Cadillac

Danette avec Cadillac

Kathryn avec Madame Cadillac

Nous sommes ensuite sortis dans le petit jardin où un panneau explicatif annonce sur deux faces en français et en anglais l'origine de ce musée. Une subvention de 20 000 dollars octroyée par la société d'Histoire de la ville de Detroit avait permis d'acheter la maison

IMG_0874

Cadillac, Nous voilà !

Après une visite au Jardin des Indiens, le groupe d'OK-OC et les membres de la municipalité se sont rendus à la mairie, l'un des châteaux du roi d'Angleterre Richard Cœur de Lion où un apéritif était servi. Comme le fut par la suite un excellent repas au restaurant "Douce France ". Un grand merci à la municipalité de Saint-Nicolas et à l'office de tourisme.

Une soirée chez les Tsiganes

Dans la soirée du même jour (samedi 8 novembre) nous  retrouvons la famille d'Alain Daumas à Montauban. C'est une grande famille manouche, amie depuis toujours d'OK-OC et heureuse chaque fois d'accueillir les Osages ou d'autres visiteurs amérindiens. Les raisons nous paraissent évidentes : peuples nomades à l'origine, Indiens et Tsiganes sont soumis aux mêmes effets du racisme et résistent à toute tentative d'assimilation culturelle, depuis des siècles. Nous partageons un repas avec forces discussions croisées en tous sens, dans un brouhaha sympathique qui soumet à la torture tout esprit cartésien qui s'efforce de participer. (L'essentiel est de participer isn't it ?).

Après le repas c'est une petite fête qui nous est offerte par les enfants. Wallys, 11 ans, danse comme une princesse gitane sur une musique et des chansons de Négrita (La Rom, pas le rhum). La voici :

Wallys

Wallys

Ensuite c'est Vince, 8 ans, qui nous fait une démonstration de rap très réussie et qui nous chante en play back des chansons de Céline Dion, mieux que l'original. Enfin c'est la photo de familles avant de se quitter. Demain est un autre jour...

IMG_0894