Bienvenue Joe Hall

 PICT0019

Inattendu mais pas inopportun ! Joe Hall est toujours le bienvenu chez nous, à Montauban, en Occitanie et en France. Il nous est arrivé comme une fleur de printemps, sans sirène d'alerte, avec discrétion... Un vrai Osage.

Joe in Montauban...again !

Pas pour longtemps; hélas, à peine vingt-quatre heures. Joe s'est offert une petite virée en Europe, à l'occasion de la présentation, par l'une de ses amies, d'un film à la biennale de Venise qui allumait ses projecteurs le 6 mai. L'amie en question c'est Keli Mashburn, une Osage comme Joe, venue à Montauban il y a une vingtaine d'années alors qu'elle était adolescente, devenue depuis une photographe talentueuse. Joe s'est d'abord rendu en Ardèche chez un ami d'Oklahoma, puis à Montauban et enfin à Venise en passant par la Suisse.

Rencontrer Joe est toujours un plaisir. Pour nous, qui connaissons bien les Osages maintenant (autant qu'ils nous connaissent), Joe est la synthèse vivante entre la tradition et la modernité. Il ne vit pas hors de son siècle, comme on s'en doute mais il pratique, autant que possible, la parcimonie et le respect de la terre mère. Il s'efforce de rendre à la terre ce qu'elle lui donne et de maintenir, à son échelle, les équilibres naturels comme le faisaient ses ancêtres. C'est ainsi qu'il cultive avec passion une variété ancienne de maïs rouge dont les qualités sont intéressantes, notamment pour sa faible exigence en eau. Il travaille ainsi en collaboration avec un collectif d'Amérindiens qui ont les mêmes préoccupations.

Un autre projet de Joe est d'inviter à résider dans son ranch (250 hectares environ) un troupeau d'une quarantaine de bisons qui n'auront d'autre souci que de paître dans la prairie et d'y ruminer paisiblement, jour et nuit et par tous les temps. Les bisons et les Osages, c'est une vieille complicité que Joe s'efforce de rétablir.

DSC_0350

DSC_0353

Enfin, la tradition Joe la porte avec lui, physiquement. Son style de coiffure n'est pas une fantaisie, une manière de se distinguer. C'est bien plus sérieux. Joe s'identifie à ses ancêtres qu'il invite dans le monde moderne en leur offrant de sa personne.

Il est l'arrière arrière petit-fils d'un chef osage valeureux qu'il admire NE-KAH-WAH-SHE-TUN-KAH ou Homme Courageux. Cet aïeul a été honoré par sa tribu qui lui a fait élever sur sa tombe une statue en grandeux réelle. C'est en hommage à ce chef traditionnel que son digne descendant adopte la même coiffure.

77774345_p_1_

Durant la journée du mercredi 6 mai Joe Hall a posé pour la photo près du Pont-Vieux de Montauban qui était, on s'en souvient, le seul pont de Montauban sur le Tarn lorsqu'y arrivaient, en novembre 1829, ses trois ancêtres perdus que les Montalbanais accueillirent.

Joe_02

Joe_03

Il a ensuite sacrifié à la tradition qui veut que tout Osage qui arrive à Montauban vienne "marcher sur les traces de mocassins de ses ancêtres".

Joe_4

Il a donc traversé, solennellement, le Pont-Vieux sur le Tarn en pensant à eux. L'après-midi il était invité à la résidence des Saules, une maison de retraite de Montauban où il allait rencontrer près d'une soixantaine de personnes âgées. Est-ce un hasard si cet adjectif est inclus dans le mot sagesse ? Sans doute. Il n'en demeure pas moins que le rapprochement se vérifie pour peu que l'on veuille bien considérer ces personnes avec respect et bienveillance.

Joe est reparti mercredi soir au volant de l'Opel Zafira louée pour l'occasion. Il a pris le train à Lyon pour Venise. Il reviendra, c'est sûr tant il est attaché à l'Occitanie. Du reste, comme on le voit ci-dessous, cet attachement il le manifeste en arborant fièrement une croix occitane dorée accrochée à son collier de danseur traditionnel. A lèu Joe. Adiu-siatz !

PICT0018

PICT0018_2