Pawnee No Pashe

Celui qui ne craint pas les Pawnee

 

 

Pawnenopashe

 

En décembre 1869 mourait Little White Hair, le cinquième et dernier chef de la lignée White Hair (Paw Hu Ska). Le 24 décembre Issac Gibson, le responsable de l'agence osage, désignait Star Chief à la tête de la tribu. Celui-ci allait rapidement devenir populaire et serait connu sous les noms de Pawnee No Pa she (Celui-qui-n’a-pas-peur-des-Pawnee), de Gouverneur Joe ou encore de Joe Big Hill.

Joseph Pawnee No Pa she était le fils d’un chef de guerre renommé. Entre 1865 et 1870 tous les villages osages avaient dû quitter le Missouri et s’étaient installés sur la rivière Verdigris au sud du Kansas (dans le secteur de La petite maison dans la Prairie). L’agence avait été déménagée à 6 km au sud de la ville d’Independence et le village de Joe Pawnee No Pa she se trouvait à 3 km plus au sud.

Joe jouissait déjà d’une réputation d’homme de caractère et surtout de celle d’un homme instruit et d’un haut niveau d’éducation. Il avait été pensionnaire à la mission catholique du père Shoenmaker au Kansas. Le jour de la cérémonie de remise des diplômes de fin d’études, il fit une déclaration qui surprit l’assistance : « Il a fallu quinze ans au père Shoemaker pour faire de moi un homme blanc et cela ne prendra que quinze minutes pour que je redevienne un Osage. » Cela dit, il enleva ses « vêtements civilisés » pour les remplacer par le pagne et la couverture qui étaient les symboles de son héritage indien. Très éloquent dans sa langue osage, Pawnee No Pa she parlait, lisait et écrivait parfaitement l’anglais. Il devait utiliser ses connaissances dans la pratique des deux langues pour mieux servir son peuple.
En 1878 les Osages élurent Pawnee No Pashe à la fonction de gouverneur de la tribu. Il devint ainsi le premier chef élu.

 

Pawnee No Pashe - aquarelle de Loren Pahsehsopah

 

Governor Joe n’eut de cesse que certaines garanties fussent accordées à la tribu. Il demanda notamment que les Osages soient autorisés à chasser le bison en dehors de la réserve mais qu’en revanche leur nouvelle réserve soit interdite aux visiteurs indésirables. La réserve était une propriété collective tribale et nulle ferme n’était autorisée à s’y implanter. Malgré cela les efforts de Pawnee No Pa she furent vains. En quelques années les bisons avaient disparu.

Une dernière anecdote illustre la forte personnalité de ce grand chef. Physiquement Pawnee No Pa she était un colosse, un géant bien proportionné comme l’étaient la plupart des guerriers de la tribu. De plus il était mieux instruit que la plupart des Euro-Américains de l’époque. Un jour il rencontra par hasard un couple d’intrus qui campait en territoire osage. Sans façon il s’invita à leur repas. Tout en mangeant, l’homme et sa femme s’inquiétaient du sort qui allait leur être réservé entre les mains de cet Indien sauvage. A la fin du repas, Joe leur intima par gestes l’ordre d’atteler et de quitter les lieux. Soulagés les deux imprudents obtempérèrent et se hâtèrent vers la limite du territoire en se félicitant de leur bonne fortune qui leur avait permis de sauver leur scalps. Au moment où ils allaient atteindre la limite, Pawnee No Pa she les rattrapa et, dans un anglais bien meilleur que le leur il leur dit que s’ils revenaient, ils seraient arrêtés et jugés selon la loi osage. Il est inutile de préciser que jamais ils ne réapparurent sur le territoire osage tant ils avaient été terrorisés et avaient craint de perdre leur scalp lorsque Joe les avait rattrapés.

 

La tombe de Pawnee No Pashe au cimerière de Pawhuska (Oklahoma)