White Crow

 

Dans un précédent article (7/08) je racontais l'étonnante histoire du corbeau blanc . Lorsque j'écrivais cette histoire j'étais loin de me douter qu'un Indien d'Oklahoma portait fièrement ce beau nom.

 White Crow (Corbeau Blanc)

chatullisC’est Cha’ Tullis, l’artiste peintre Blackfeet, auteur de dizaines de peintures murales des maisons de Hominy, l’une des trois villes de la réserve osage en Oklahoma, qui a peint le portrait de Corbeau Blanc (White Crow). Il commente ainsi son tableau :

 

 

« Le bâton de danse à tête de cheval était un cadeau de son oncle. La veste brodée de perles était celle que son père préférait mais qu’il lui donna car elle ne lui allait plus. A la suite d’une vision, il avait lui-même confectionné sa chemise  à l’oiseau de pluie. Grand-mère, en souriant et avec des larmes de fierté plein les yeux lui avait fait cadeau du tissu rouge. L’aigle lui avait offert ses plumes. Et Grand-père avait dit : “ Nous avons pris un peu de chacun mais nous ne ressemblons à personne” »

 Lorsque le corbeau blanc qui hante mon domaine depuis des années vient lancer son cri de guerre sous ma fenêtre, je ne peux m’empêcher de penser à White Crow et à l’unicité de chacun des individus qui composent la grande diversité humaine. Comme à celle de chaque culture, si précieuse et indispensable, aussi fragile soit-elle, à l’avenir de l’homme. Mitakuye Oyasin ! (tous apparentés)

 Mitakuye Oyasin