Jamais battu, jamais vaincu

Joe Don BRAVE

affirme la présence de son peuple

à Rouen

IMG_1861par Marie-Claude et Edgard Strigler

Jeudi 12 octobre

Le travail sérieux commence. Pratiquement toute la journée est consacrée à la peinture. Joe Don a divisé sa fresque en trois panneaux, qu’il va réaliser les uns après les autres. Sur toute la longueur, il a esquissé des lignes d’orientation comme repères, et le premier panneau commence par le dessin d’un grand soleil lumineux en haut à droite, sous lequel vole une libellule bleue. Sous la ligne d’horizon ondulée, tout un dégradé de couleurs chaudes, dans lequel pait paisiblement un petit bison bleu.

IMG_1847

Au centre, la tête d’un guerrier osage prend forme, en bleu. Joe Don a un magnifique sens du relief, que nous admirons. Le musée étant ouvert au public pendant que Joe Don et les Kayapos travaillent, des visiteurs s’étonnent de la couleur bleue. Il répond : « It’s a statement », c’est une affirmation d’identité. Il explique la coiffure, crâne rasé à l’exception d’une longue mèche tressée qui permet de fixer le cimier de piquants de porc-épic, les tatouages : les lignes obliques de chaque côté du sternum sont des pipes, fumées pour la guerre ou pour la paix, et au milieu, le long du sternum, un long couteau pointe vers le bas, utilisé pour la chasse et pour la guerre.

IMG_1877

IMG_1878

IMG_1879

IMG_1880

Pourquoi a-t-il peint des libellules ? La société osage est composée du peuple du ciel, du peuple de la terre et du peuple de l’eau. Chacune des ces trois catégories comporte sept clans. Lui fait partie du peuple du ciel, porteur du soleil, comme la libellule. Il nous dit aussi que son nom, en langue osage, signifie « Jamais battu, jamais vaincu ». D’où en anglais, « Brave ».

Que sa fresque représente des bisons, cela va de soi. Le public apprend qu’il y a encore des bisons, mais oui ! Jusqu’à ce qu’un visiteur dise qu’en Normandie, il y a aussi des bisons. Là, c’est Joe Don qui n’en revient pas !

Pour couronner la journée, dîner de la mer, qu’il attendait dès le premier jour. Coquillages et poissons ne lui font pas peur, pas plus qu’un soufflé au calva pour finir (voir photos)

 

IMG_1863

IMG_1865

IMG_1867

Vendredi 13 octobre

Nouvelle journée peinture. Il n’a jamais réalisé une peinture aussi grande, 6 mètres de long sur 2 mètres de haut. Ses esquisses sont rapides, puis viennent les détails. Pour gagner du temps, nous déjeunons rapidement à l’appartement (Enfin, aussi rapidement que possible). En début d’après-midi, nouveau rendez-vous avec les journalistes, prises de vue, interviews.

IMG_1800

IMG_1810

Il est très prudent dans ce qu’il dit , si bien que les journalistes trouvent que « c’est un peu plat ». Mais une fois incité à parler plus  librement, il évoque les tremblements de terre qui se multiplient avec la fracturation hydraulique, qui éventuellement les réveillent la nuit, les secousses qui ébranlent la maison, les rugissements qui accompagnent des tremblements qui peuvent atteindre facilement un force 4,5 sur l’échelle de Richter. Il évoque aussi les éoliennes qui ne sont pas la solution idéale pour la production d’énergie, puisqu’il faut creuser très profond dans la terre pour les installer, et parce que les aigles, oiseaux sacrés, se prennent dans les pales des éoliennes, se font tuer.

Le soir, vernissage dans la petite galerie du propriétaire de nos appartements, où sont venus se mêler artistes, relations professionnelles, amis ; Joe Don est ravi et reste jusqu’à… deux heures du matin. Difficile de se lever le samedi matin.

 

Samedi 14 octobre

En dépit d’un lever tardif, la fresque principale est terminée en fin d’après-midi. Il ne reste plus qu’à décorer le fond de la vitrine d’exposition des oiseaux d’Amérique du Nord.

Dîner en ville, invités par une documentariste, son mari et leur fils. Elle nous avait déjà contactés à Paris et nous l’avions retrouvée à Rouen lors d’un concert de Thierry Pécou, qui va composer un opéra autour de la médecine navajo.

 

Dimanche 15 octobre. Excursion à Étretat, sous un soleil magnifique.

Suite bientôt…