Un guerrier Osage,

Joe Don Brave

capture une femme Comanche

dans son rêve

par  Marie-Claude & Edgard Strigler

Lundi 16 octobre Finition peintures

IMG_1927

IMG_1929

IMG_1933

IMG_1932

Des journalistes, accompagnés d’une photographe et de deux stagiaires ( les stages obligatoires durant l’année de 3ème) viennent à nouveau interviewer et photographier Joe Don et les Kayapos (beaucoup plus folkloriques !) Le soir, tout est fini, il n’y a plus qu’à installer les objets, mais ce n’est plus de notre ressort. En fin d’après-midi, visite du musée des Beaux-Arts.

IMG_1915

Mardi 17 octobre Re-Muséum

Achat de chaussures pour l’inauguration. Pas facile de trouver une si grande taille, mais c’est fait. Une ancienne collègue de Paris qui habite Rouen nous invite à déjeuner.

L’après-midi, Giverny pour les jardins de Monet, où il voulait faire une petite toile à rapporter chez lui. Il avait oublié la moitié de ses peintures ! Nous nous sommes contentés de faire des photos. Il peindra d’après photo.

Claude Monet

dans le jardin de Giverny : Joe Don et Edgard, le photographe photographié (enfin...)

 Mercredi 18 octobre

Nous avions prévu d’aller sur les plages du Débarquement mais, sachant que cela impliquait cinq heures de voiture dans la journée, JD n’y tenait plus vraiment. Nous sommes donc retournés au Museum où l’installation des objets dans les vitrines battait son plein.

IMG_1980La robe donnée par Kathryn n’était pas encore descendue de la réserve. Nous montons pour contrôler que nos directives pour la restauration ont bien été respectées. Pas du tout ! La restauratrice n’a pas le droit d’y toucher, dit-elle, sans l’autorisation expresse de la donatrice… Sébastien me demande si ça ne m’ennuie de la faire moi-même. Pourquoi pas ? Sans dé, sans aiguille adéquate, sans fil de la bonne couleur, et une peau presque impossible à percer. Edgard a aidé à pousser l’aiguille. Heureusement  que, prudents, nous avions acheté des rosettes à Pawhuska pour remplacer celles qui manquaient. Mais c’est de l’à peu près, pas très satisfaisant. Kathryn était censée en faire faire, mais au téléphone, elle m’avait dit qu’après tout, on pouvait utiliser ce que nous avions acheté. La robe n’ayant pas été  nettoyée, Joe Don nous a montré comment masquer ce qui était trop sale avec de la craie. C’est ainsi qu’ils nettoient leurs mocassins. Bref, cela ne m’a pas mise de bonne humeur.

Après déjeuner, Joe Don, fatigué, est rentré faire la sieste, pendant qu’Edgard et moi sommes allés faire les courses pour le dîner. Avant de dîner, toujours prudents, nous repassons au Museum, où nous constatons avec consternation que les techniciens chargés de repeindre les côtés en blanc ont fait quelques éclaboussures sur l’œuvre de JD. Nous sommes donc allés interrompre sa sieste pour qu’il vienne réparer les dégâts. Nous avons de la chance qu’il soit de si bonne composition.

IMG_1983

IMG_1986

IMG_1987

IMG_1993

Depuis quelques jours, il angoisse à l’idée de prendre la parole le jour de l’inauguration. Il attend que sa femme lui envoie un texte, mais c’est pour demain, et toujours pas de texte. IL va peut-être falloir que nous le fassions ensemble ?

img824

La robe donnée par Kathryn n’est manifestement pas osage. Donc, JD a inventé une histoire. C’est la robe d’une Comanche capturée par les Osages et réduite en esclavage. Les taches sur sa robe sont des taches de sang, car elle a été torturée. Certains seraient capables de le croire ? *

Demain le grand jour. Les medias toute la journée, dont France 3 Normandie (les Yeux bien ouverts) et la Chaîne normande. Ce sera diffusé le vendredi soir.

----------------------

* et comme disent les Italiens :" Se non è vero è ben trovato " (ndlr)