Le ranch

Osage dancersDeux adhérents d'Oklahoma-Occitania sont arrivés dans la réserve de la nation Osage, au nord de l'Oklahoma. Ils sont basés à Pawhuska mais ils se déplaceront dans la réserve où ils rencontreront de nombreuses personnes ayant des connaissances et des compétence particulières dans divers domaines de la culture, de l'histoire et de l'économie de cette nation. Benoît Séverac et Hervé Jubert ne sont pas là en simples touristes. Non seulement ils représentent OK-OC (le petit nom de notre association), mais surtout ils sont en recherche documentaire dans le décor et avec les personnages de leur prochain roman faisant suite à Wazhazhe. Hervé et Benoît sont des écrivains reconnus, auteurs de nombreux romans à succès. Ils nous envoient chaque jour une page de leur journal de bord que nous publierons à raison de une tous les deux jours

ranch 1

Benoît Séverac, Hervé Jubert :

Il y a peu de moments comme cela. Où l’on se dit : « pince-moi, je rêve. » Cela tient aussi aux conditions dans lesquelles nous sommes accueillis. Et je ne vous parle pas d’une suite dans la Trump Tower. On nous rappelle quotidiennement que seulement trente pour cent des américains ont voté pour lui. Le système des grands électeurs est scabreux…

Imaginez.

Un paysage de bosquets et de tall grass, les herbes hautes qui abritent une faune hallucinante. Les oiseaux se répondent sans cesse. Les coyotes jouent. Les grillons font le show mieux qu’à Vegas.

La maison. Vieux plancher. Ventilos. Fenêtres à guillotine. Moustiquaires.

Là-dedans : deux chiens, un chat (fantôme) et, ce jour, une réunion d’humains pour fêter Bastille Day avec nous. Et quels humains !

ranch 2

Michael Wallis, spécialiste de la mother road, la route 66. Conteur formidable. Il nous a appris l’origine du mot Gringo* !

Rosemary, une sage parmi les Osages, rides en éventail autour des yeux, rire cristallin. Elle nous a dit, après nous avoir entendus chanter la Marseillaise à pleins poumons (Merci Benoît, tu connaissais les paroles mieux que moi) : « ça me rappelle les années 70 quand on chantait dans la rue ! »

Ron, Kathryn, Joyce, Sam et tous ceux qui sont venus au ranch.

Quelques centi… litres d’un excellent vin blanc chilien plus tard, j’ai été rendre visite à Miga, la jument qui vit sa vie à côté du ranch. Nous avons parlé de choses et d’autres. Et, ma foi, ce fut un autre bon moment.

Pour finir, les lucioles ont dansé pour nous. Joyeux 14 juillet !

Miga

 -------------

*Pour la connaître, achetez notre prochain livre.

ribbonwork2The ranch

There are few moments like this. Where one says to oneself: "pinch me, I dream. This is also due to the conditions in which we are welcomed. And I'm not talking about a suite in the Trump Tower. We are reminded daily that only thirty percent of Americans voted for him. The electorate system is scabrous ...
Imagine.
A landscape of groves and tall grass, tall grasses that shelter a hallucinating wildlife. The birds are constantly answering each other. The coyotes play. Crickets do the show better than in Vegas.
The House. Old floor. Fans. Sash windows. Mosquito nets.
In there: two dogs, a cat (ghost) and, today, a meeting of humans to celebrate Bastille Day with us. And what humans!
Michael Wallis, mother road specialist, Route 66. Great storyteller. He taught us the origin of the word Gringo *!
Rosemary, a sage among the Osages, fan-like wrinkles around her eyes, crystalline laughter. She told us, after having heard us sing the Marseillaise to the fullest (thank you Benoit, you knew the words better than me): "it reminds me of the 70s when we sang in the street! "
Ron, Kathryn, Joyce, Sam and everyone who came to the ranch.
A few hundred liters of an excellent Chilean white wine later, I went to visit Miga, the mare who lives her life next to the ranch. We talked about things and others. And, my faith, it was another good time. Finally, the fireflies danced for us. Happy July 14!
* To know it, buy our next book.

 Wazhazhe

 éditions Le Passage