Vanessa Jennings

 

Osage dancersDeux adhérents d'Oklahoma-Occitania sont arrivés dans la réserve de la nation Osage, au nord de l'Oklahoma. Ils sont basés à Pawhuska mais ils se déplaceront dans la réserve où ils rencontreront de nombreuses personnes ayant des connaissances et des compétences particulières dans divers domaines de la culture, de l'histoire et de l'économie de cette nation. Benoît Séverac et Hervé Jubert ne sont pas là en simples touristes. Non seulement ils représentent OK-OC (le petit nom de notre association), mais surtout ils sont en recherche documentaire dans le décor et avec les personnages de leur prochain roman faisant suite à Wazhazhe. Hervé et Benoît sont des écrivains reconnus, auteurs de romans à succès. Ils nous envoient chaque jour une page de leur journal de bord que nous publierons à raison de une tous les deux jours.undefined

 

 

Kiowa Seal

 

Hervé Jubert & Benoît Séverac

Des femmes Indiennes disparaissent dans les réserves. Prostitution ? Trafic d’organes ? Réseau organisé ou tueurs opportunistes ? Le FBI y perd son latin.

Le phénomène touche davantage la région au sud-ouest d’Oklahoma City où vivent les Kiowa, les Comanche et les Apache, qu’Osage county, objet de notre étude depuis une dizaine de jours.

Bien évidemment, ce mystère nous interpelle.

D’autant qu’aujourd’hui, nous accompagnons Summer Rae Morgan jusqu’à Anadarko à quatre heures de route, où résident ses parents, des Kiowas.

Dès que nous franchissons le seuil de leur porte, Summer se met en retrait : il en va ainsi des relations entre générations chez les Indiens, basées sur le respect de la parole des aînés. En vieillissant, je trouve ce principe de plus en plus sensé.

Sa mère, Vanessa Jennings, confectionne des parures et des ornements traditionnels. Étudiants et chercheurs en ethnologie viennent de loin pour la rencontrer. Le président des États-Unis l’a élevée au rang de Living national treasure reconnaissant par là même l’importance de son savoir-faire.

Son mari Carl l’aide dans cette tâche et tous deux nous reçoivent autour d’un repas traditionnel Kiowa.

Leur maison est un vaste atelier consacré à l’art indien. Il n’y a pas de place pour loger qui que ce soit. Quand nous prenons notre chambre au motel le plus proche, elle est déjà payée par les Jennings. Aucune contestation possible ! Et nous sommes déjà invités à partager leur petit-déjeuner le lendemain.

Toujours ce sens de l’hospitalité indien, surtout si vous êtes un membre de l’association Oklahoma-Occitania.

Vanessa Carl Hervé Benoît

vanessa22

Kiowas

ribbonwork2

 Vanessa Jennings

 Indian women disappear on the reserves. Prostitution? Organ trafficking? Organized network or opportunistic killers? The FBI loses its Latin.The phenomenon is most affecting the area southwest of Oklahoma City where live the Kiowa, Comanche and Apache, than the Osage reservation, subject of our study for ten days.
Of course, this mystery challenges us. Especially today we accompany Summer Rae Morgan to Anadarko four hours away, where live his parents, Kiowas.

 As soon as we walk out of their doorstep, Summer goes backwards: this is the case with Indian intergenerational relations, based on respect for the words of elders. As I get older, I find this principle more and more sensible.Her mother, Vanessa Jennings, makes traditional ornaments and ornaments. Students and ethnology researchers come from far away to meet her. The President of the United States raised her to the rank of Living National Treasure, recognizing the importance of her expertise.
Her husband Carl helps her in this task and both of us receive around a traditional Kiowa meal.
Their house is a vast workshop devoted to Indian art. There is no place to house anyone. When we take our room at the nearest motel, she is already paid by the Jennings. No challenge possible! And we are already invited to share their breakfast the next day.
Always this sense of Indian hospitality, especially if you are a member of the Oklahoma-Occitania Association.