Les luttes indiennes

 

Osage dancersDeux adhérents d'Oklahoma-Occitania sont arrivés dans la réserve de la nation Osage, au nord de l'Oklahoma. Ils sont basés à Pawhuska. Ils se déplaceront dans la réserve où ils rencontreront de nombreuses personnes ayant des connaissances et des compétences particulières dans divers domaines de la culture, de l'histoire et de l'économie de cette nation. Benoît Séverac et Hervé Jubert ne sont pas là en simples touristes. Non seulement ils représentent OK-OC (le petit nom de notre association), mais surtout ils sont en recherche documentaire dans le décor et avec les personnages de leur prochain roman faisant suite à Wazhazhe. Hervé et Benoît sont des écrivains reconnus, auteurs de romans à succès. Ils nous envoient chaque jour une page de leur journal de bord que nous publierons à raison de une tous les deux jours.

 

Kathryn Red Corn quand elle était conservatrice du musée de la nation Osage à Pawhuska

Hervé Jubert & Benoît Séverac

Après la journée d’hier passée sous l’égide des Cowboys de la Cavalcade, celle d’aujourd’hui est consacrée aux Indiens, les purs les durs.

Nous déjeunons chez Joyce et Rosemary, deux Osages de Pawhuska, qui ont aussi invité leurs amies Kathryn Redcorn (une personnalité au sein de la nation osage) et Margaret Ann Bird, une ancienne militante de l’American Indian Movement (AIM).

A côté des five sisters (les cinq légumes qui constituent les aliments de base des Indiens : pomme-de-terre, haricot vert, courge, haricot sec et maïs), les anecdotes que nos hôtes nous servent font rêver. Ecoutez plutôt :

L’ancêtre de Ron a aidé Billy-the-kid à s’évader en cachant un pistolet dans les toilettes de la prison où le bandit attendait l’exécution de sa sentence.

Rosemary a été arrêtée en 1971 à New-York pour avoir vandalisé la statue équestre de T. Roosevelt en badigeonnant sa tête de peinture rouge. La représentation d’un African American et d’un Native American allant à pied de part et d’autre du chef d’état sur son cheval était perçue comme l’illustration d’une organisation sociale raciste. Rosemary et ses comparses étaient à NYC pour protester contre la décision du gouvernement d’évacuer les activistes Indiens qui occupaient la prison d’Alcatraz.

Quant à Margaret Ann Bird, elle évoque ses années de militantisme au sein de l’AIM. Elle nous raconte les cadavres d’adolescents exécutés, les persécutions qui ont poussé les Indiens à s’organiser et à s’armer, jusqu’à l’occupation de Wounded Knee – lieu hautement symbolique du massacre des Indiens au cours du 19ème siècle – sur la réserve de Pine Ridge dans le Dakota du Sud en 1973.

Quand nous lui demandons ce qu’il reste de ces luttes aujourd’hui, elle répond « It’s always there ». L’esprit de l’AIM est toujours là, prêt à rejaillir. Et tous autour de la table approuvent.

 pix_day15Photo (de gauche à droite) : Jim, Margaret Ann Bird, Rosemary Wood, Ron R. Silva, Elizabeth Brunazzi, Joyce Smith, Hervé Jubert

ribbonwork2

 Indian fights


After the day passed yesterday under the aegis of the Cowboys of the Cavalcade, the one of today is devoted to the Indians, the pure the hard ones.
We have lunch at Joyce and Rosemary, two Osages of Pawhuska, who also invited their friends Kathryn Redcorn (a personality in the osage nation) and Margaret Ann Bird, a former activist of the American Indian Movement (AIM).
Besides the five sisters (the five vegetables that are the staple foods of the Indians: potato, green bean, squash, dry beans and corn), the anecdotes that our guests serve us are dreaming. Listen:
Ron's ancestor helped Billy-the-kid escape by hiding a gun in the prison washroom where the bandit waited for his sentence to be served.
Rosemary was arrested in 1971 in New York for vandalizing T. Roosevelt's equestrian statue by basting his head with red paint. The representation of an African American and a Native American walking on either side of the President on his horse was seen as an illustration of a racist social organization. Rosemary and her associates were in NYC protesting the government's decision to evacuate Indian activists from Alcatraz Prison.
As for Margaret Ann Bird, she talks about her years of activism in the AIM. She tells us about the corpses of teenagers executed, the persecutions that drove the Indians to organize and arm themselves, until the occupation of Wounded Knee - highly symbolic place of the massacre of the Indians during the 19th century - on the Pine Ridge Reserve in South Dakota in 1973.
When we ask her what is left of these struggles today, she answers "It's always there". The spirit of the AIM is always there, ready to reflect. And all around the table approve.