Au lycée Bourdelle de Montauban

Rencontre avec l'association OKlahoma OCcitania

Par Annie Legendre-Hereil, professeur-documentaliste
publié le mercredi 14 novembre 2018 08:50 sur le site du lycée Bourdelle
Photo 11 rencontre JC.png

Vendredi 19 octobre, la classe de seconde 504 de Mme Harari et la classe de seconde 505/510 de Mme Arsac ont rencontré Jean-Claude Drouilhet, fondateur et ancien président de l'association OKlahoma OCcitania.  Pour la première intervention, il était accompagné de son épouse Monique Drouilhet et pour la seconde de Michel Monesma, bénévole de l'association.

L'association OKlahoma OCcitania développe des échanges culturels avec la nation Osage d'Oklahoma ainsi qu'avec d'autres peuples amérindiens des USA, du Québec et de Guyane. Elle est née suite au désir de Jean-Claude Drouilhet de renouer avec les descendants des Indiens Osage qui au cours de l'hiver 1829 arrivèrent épuisés à Montauban, terminant un périple de plus de deux ans à travers une partie de l'Europe.  En 1989 l'association retrouva le contact avec la tribu qui adhéra au projet d'échanges culturels. Depuis cette date, les membres de l'association rencontrent des Osages en Occitanie et des Occitans en Oklahoma. Une stèle érigée au Jardin des Plantes de Montauban commémore cette amitié retrouvée. (Extrait de la brochure de l'association)

Les élèves avaient préparé la rencontre en consultant le blog très complet de l'association et en rédigeant quelques questions.

Après avoir visionné un extrait d'un documentaire réalisé par France 3, les élèves ont pu échanger. La discussion a porté sur l'histoire de l'association, la venue des Osages en 1829, la rencontre de 1989, les Osages aujourd'hui, leur rapport à leur culture que Jean-Claude Drouilhet met en parallèle avec notre culture occitane. Il y a 15 ans il ne restait plus que trois locuteurs dans la réserve Osage, aussi ont-ils décidé d'engager un processus de reconquête de leur langue en créant notamment un alphabet imagé destiné à faciliter l'acquisition de la langue. De nombreux Osages ont du sang français car au temps des trappeurs, la Grande Louisiane était une colonie française et les trappeurs qui avaient besoin des Indiens entretenaient de bonnes relations, des mariages mixtes furent ainsi célébrés, c'est pourquoi certains Osages portent des noms de famille comme Clavier, Boulanger... Sous la tutelle américaine, les choses se passèrent beaucoup moins bien. Les noms de famille furent traduit souvent avec malveillance. M. Drouilhet rapporte cette anecdote d'un Indien dont la traduction du nom de famille est "L'homme qui a peur de son cheval" un comble pour ces hommes si proches alors de la nature... 

Les danses indiennes furent également évoquées, M et Mme Drouilhet n'hésitant pas à faire quelques pas de danse pour le plus grand bonheur des élèves. Ils ont ainsi découvert que la femme reste quasiment immobile alors que l'homme lui s'agite beaucoup...

Différents objets indiens (flèches, calumet, couverture...) rapportés des nombreux voyages dans la réserve ont été mis à la disposition des élèves qui ont apprécié de pouvoir les toucher se projetant ainsi quelques instants dans la peau d'un Indien...

Bourdelle1

Bourdelle2Les élèves ont beaucoup apprécié cette intervention. Voici le compte rendu des élèves de Mme Arsac adressé à M. Drouilhet :

"Vous avez bien répondu à nos questions, bien développé l'histoire de l'association ce qui nous a permis de se rappeler ou de découvrir l'histoire de Montauban, ce qui était très intéressant. Nous avons aimé votre intervention car il y a eu beaucoup d'interaction, vous étiez à l'écoute. Nous avons aimé la vidéo car cela nous a permis de bien comprendre le contexte. Nous avons pu découvrir les Indiens, comment ils vivent aujourd'hui, ce qui est très loin de l'image que l'on en avait. Votre association permet la découverte de différentes cultures et on trouve intéressant qu'il y ait toujours des échanges entre les Montalbanais et les Osages. Enfin le blog de votre association est très intéressant."

 Un grand merci à M. et Mme Drouilhet ainsi qu'à M. Monesma pour tous ces échanges !