Pour ou contre

l'immigration illégale ?

Nos aventures Oklahoma-Occitanes ont commencé en 1829 avec l'arrivée en notre bonne ville de Montauban de trois vagabonds, des sans-papiers avec des noms impossibles : Little Chief, Big Soldier, Hawk Woman. Des immigrés, des Osages, même pas Français !

Rosendo_pont

Et que croyez-vous qu'ont fait nos ancêtres, les Montalbanais de 1829 ? Non, ils ne les ont pas envoyés dormir sous le Pont-Vieux. Ils les ont accueillis, réconfortés, nourris et logés. Où ça ? A l'hôtel de ville, enfin pas exactement puisque cet hôtel d'Aliès où se trouve actuellement la mairie était à l'époque la résidence de l'évêque Louis Guillaume Dubourg.

 

Louisiane

Ceux-là n'étaient pas venus chez nous pour "manger le pain des Français", ni même "nous prendre nos emplois" ; ils n'avaient qu'une hâte : rentrer chez eux, dans leur nouvelle réserve du Kansas où leur tribu avait été déplacée après avoir subi une migration forcée depuis leur territoire du Missouri. C'est ce qu'ils firent avec l'aide des Montalbanais de l'époque grâce au financement participatif -- aujourd'hui on dirait fundraising en bon français -- lancé par l'évêque.

trappeur

trappeursLes anciens Osages avaient bien accueilli les trappeurs français qu'ils avaient adoptés, souvent, après leur avoir servi de guides et d'instructeurs dans cette Amérique des prairies, des forêts et des rivières sauvages. Ils avaient noué avec eux des liens amicaux, parfois familiaux. Certains Osages actuels en ont conservé le patronyme (Revard, Boulanger, de Noya, Labadie, Desroches, etc.)

C'est cette amitié entre deux peuples aussi différents que le nôtre et celui des Osages que nous, à OK-OC,  avons ranimée et que nous entretenons depuis trois décennies.

Cela n'a pas été partout le cas. La cupidité, la folie de l'or, du pétrole et de la colonisation ont durablement abîmé ce lien entre les hommes qui se rencontraient. Pourtant les Indiens s'étaient toujours et partout montrés accueillants et bienveillants à l'égard de ceux qui venaient chez eux et les respectaient.

Ils auraient pu, au contraire, accueillir cette population d'immigrés avec circonspection, prudence, méfiance voire hostilité

1620 : la première immigration illégale

" Pas de carte verte ? Ni de visa ?? Désolés, nous voulons voir vos passeports. "

 

immigration5

Nous avons adopté les lois des Républicains sur l'immigration. DÉGAGE.

lls ne l'ont pas fait. On sait quel a été le résultat. Est-ce à dire qu'il aurait fallu et faudrait partout et toujours combattre une immigration illégale ?

C'est un point de vue préconisé par certains qui prétendent lutter contre les intrusions invasives en dressant des murs, des barrières et des régiments d'escopettes à répétition.

Prenons un exemple dans le genre animal

En 1859, Thomas Austin, un britannique chasseur et nostalgique du sud de l'Australie importe 12 couples de lapins. Cinquante ans plus tard, 600 millions de ces animaux ont colonisé 60 % du territoire à la vitesse moyenne de 110 kilomètres par an : une des pires catastrophes de l'Australie.

Oryctolagus cuniculus, le lapin de garenne, a causé des dégâts en Australie. © Tpsdave,DP
Parmi les mesures prises pour stopper l'invasion l'idée de contruire des milliers de kilomètres de grillages -- 3 000km environ -- est mise en application. Elle ne suffira pas à l'enrayer. Les lapins creusèrent, grimpèrent, profitèrent d'une ouverture accidentelle pour aller goûter l'herbe verte qu'ils apercevaient de l'autre côté.

lapins1on remarquera le terrain bien pelé côté lapins et herbu de l'autre côté du grillage

lapins2le grillage, c'est comme la télé : on voit ce qu'il y a ailleurs

 Et si les Indiens avaient fait ce que les Australiens ont fait pour arrêter les lapins. Voici que que cela aurait donné :

grillage IndiensMais nous ne sommes pas dans le genre animal. Nous faisons tous partie de l'espèce Homo Sapiens, l'espèce humaine, la même sur toute la planète. Tous semblables, tous différents ! Le paradoxe n'est que dans les apparences, dans les détails.

Depuis toujours les Sapiens ont émigré. C'est un trait de leurs caractère : ils sont curieux et aiment aller voir ailleurs si les fraises des bois sont plus savoureuses. Alors, l'immigration... La question de sa légalité ou illégalité ne s'est jamais posée au cours des centaines de milliers d'années qui nous précèdent.

Le mur de Tijuama (Mexique) n'empêchera pas les immigrants du Honduras de passer la frontière qui les sépare de San Diego (Californie). La solution est ailleurs

tijuana