Une cérémonie commémorative

Au Jardin des Plantes

Montauban 10 mai – 10 heures

la fin de la piste

En juillet 1992 une parcelle du jardin des plantes de Montauban a été dédiée à la tribu Osage et à la tribu Cherokee. Cet acte que nous avons appelé un « don de terre » n’a fait l’objet d’aucune inscription dans quelque registre officiel de la commune (les Indiens auraient pu nous dire que les colons n’avaient jamais respecté les traités). Il s’agissait bien d’un contrat moral, à l’ancienne. Ce n’était qu’une modeste attention toute symbolique. Cela fait exactement vingt-sept ans ; il a été respecté.

Nous entendions marquer ici notre reconnaissance à l’égard de cette tribu qui avait accueilli nos ancêtres trappeurs et négociants en pelleteries qui, nombreux, avaient vécu dans leurs villages et partagé leurs traditions, parfois fondé des familles. Nous leur donnions symboliquement une terre dans cette ville occitane de France qui avait été hospitalière pour les trois Osages perdu en 1829.

Car les Indiens d’Amérique, de toutes les cultures du nord au sud, ont un rapport très étroit à la « terre-mère » (mother earth pour les anglophones ; pachamama chez les hispanophones)

Mother Earth

Mother Earth 2

mother earth2

Mais cette parcelle « indienne » du jardin des plantes a une autre valeur. Elle témoigne du drame que furent les déplacements forcés – voire les déportations – que subirent la plupart des tribus pour laisser la place à la colonisation blanche. Ainsi 30 000 Cherokee furent contraints d’abandonner leur territoire de Georgie (sud-est des USA) pour se rendre à pied, encadrés par la cavalerie militaire, dans le froid et la neige de l’hiver 1838, jusqu’en « territoire indien » (l’ancien nom de l’Oklahoma). 4 000 d’entre eux moururent le long de cette terrible « Piste des Larmes ».

expo41

expo42

La cérémonie du 10 mai aura donc pour fonction de commémorer cette tragédie.

 Notre invité osage, Christopher Cote interviendra en anglais, en langue osage et en langue des signes des Indiens des Plaines (tout cela sera traduit en français).

Christopher est un Indien traditionaliste, respectueux de sa culture et de ses traditions et n’est pas habilité à conduire une cérémonie osage.

Jordan Aileah Cocker, la jeune Indienne Kiowa qui l’accompagne interviendra aussi certainement car ses ancêtres de la tribu Kiowa ont subi des déplacements forcés, des poursuites et des exactions de la cavalerie.

 Nous convions toutes les personnes disponibles à nous rejoindre sur la « terre indienne » du jardin des plantes (entrée par l’avenue de l’Abbaye, quartier Sapiac)  à partir de 10 heures. La présence d’une foule montalbanaise ira droit au cœur de nos invités.