Un colibri nommé Greta

 

 

 

colibri

 

 Pas plus gros que des coléoptères, les colibris sont ces jolis oiseaux-mouches d'Amérique qui plongent leur long bec dans les fleurs. Une légende amérindienne court depuis des siècles à leur sujet. La voici…

La grande forêt était en  flammes. À la lisière, les animaux atterrés regardaient impuissants les flammes gigantesques dévorer la vie. Un colibri se hâtait, du lac à l'incendie, multipliant les aller-retour pour déposer une goutte d'eau sur le feu. Le toucan au gros bec ricana :

– Colibri   ! Tu n'es pas fou ? Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ? 

– Je le sais, répondit le colibri, mais je fais ma part.

Un prophète nommé Chirac prononça un jour cette phrase historique : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. » Un petit colibri suédois vient de relever le défi.  Depuis plusieurs mois cet oisillon parcourt la planète avec une goutte d'eau dans son bec qu'elle dépose sur la terre en feu. Son nom : Greta Thunberg, âge : 16 ans, lycéenne en grève tous les vendredi. Mardi 23 juillet au matin, elle était à Paris, à la tribune de l'Assemblée nationale du haut de laquelle elle lança aux députés : « Vous n'avez pas compris ce que nous faisons. A la place de nous dire merci, faites quelque chose ! »

Car parmi nos députés – le saviez-vous ? – il y a aussi quelques toucans goguenards qui ouvrent leur large bec pour intimider le colibri nommé Greta. Peine perdue. Greta est courageuse et tenace.

Elle fait sa part.

Greta