La Native American Church

La Native American Church (NAC) ou Eglise des premiers Américains fut établie en Oklahoma en 1918 par des adhérents de la religion du peyotl (mot aztèque), petit cactus aux bourgeons hallucinogènes qui pousse dazns le nord du Mexique et au Texas. Les Indiens utilisent cette plante comme sacrement, tout comme le vin dans une cérémonie catholique. Lors de la fondation de ce mouvement, il fut écrit que ses buts " sont de promouvoir et protéger la croyance religieuse de plusieurs tribus de l'Oklahoma, dans la religion chrétienne, avec la pratique du sacrement du peyotl ". Rapidement la religion se développa dans d'autres Etats dont le premier, après l'Oklahoma, fut le Nebraska ( par les Indiens Winnebagos ) en 1921.

peyotl01

peyotl02

Lors de la cérémonie de la NAC, les boutons de cactus sont coupés et mis à sécher. De goût amer ils se consomment secs ou infusés dans l'eau comme un thé. En plus des effets hallucinogènes qu'ils ressentent, les pratiquants disent que leur pouvoir de concentration est amplifié. Plante à caractère sacré, le peyotl est supposé avoir aussi des pouvoirs de guérison et apporter la connaissance. Contrairement à ce qui a été dit, le peyotl ne produit pas d'effet d'accoutumance.

Peyote meeting

La cérémonie, menée et organisée par un leader appelé roadman, avait lieu autrefois dans un tipi. Aujourd'hui disséminées dans la réserve osage douze petites églises rondes sont les lieux du culte.

NAC02

Les objets du culte comportent un éventail en plumes d'aigle, un hochet, un sifflet en os d'aigle, des bouts de bois, un tambour et parfois une bible. Les participants s'assoient en cercle dans le tipi où brûle un feu central. Un autel (où est souvent posé un gros bouton de peyotl nommé " Chef Peyotl ") est construit en face au roadman, assis sur le côté ouest du tipi (ou de la petite église) dont l'entrée est à l'est. La cérémonie, qui débute en fin de journée, se déroule habituellement en quatre parties, comportant chacune des chants différents, des prières et des moments de méditation. Les boutons de peyotl circulent et sont consommés toute la nuit. Les participants chantent, chacun leur tour, quatre chants rythmés par le tambour. De l'eau est offerte à deux reprises, une fois au milieu de la nuit et une fois au petit matin lorsque s'achève la cérémonie.

Peyote meeting 01

L'absorption d'un produit hallucinogène est passible de prison aux Etats-Unis et, malgré la loi de liberté de culte accordée aux Indiens en 1978 de nombreux cas de jugements ont jalonné l'histoire de la NAC. Aujourd'hui chaque Etat est libre d'autoriser ou non le culte du peyotl. Les étrangers ne sont pas autorisés à y participer.

d'après L'Amérique indienne, Françoise Perriot, éditions HORS COLLECTION

RedEagleJrNAC

Lors du premier voyage d'un groupe d'OK-OC en août 1991, nous avons eu le privilège de visiter l'une des douzes petites églises rondes de la réserve osage avec un guide exceptionnel : Ed Red Eagle qui dirige régulièrement les cérémonies de la Native American Church osage.

Lors de ce voyage, cinq jeunes gens de cinq à seize ans faisaient partie du groupe de trente-huit membres. Ils avaient la mission de rendre compte à tour de rôle et à leur façon d'un événement. Leurs textes, envoyés par fax, furent publiés en temps réel en page Montauban dans La Dépêche.

Voici le compte-rendu de Paul, dix ans, à la suite de la visite d'une église ronde de la NAC osage...

Église indienne

 « Située en pleine campagne, elle a la forme d’un tipí. Au centre, se trouve un autel creux à même le sol. Dedans, il y a un petit feu. Une rainure partage l’autel et passe sous le feu : c’est la ligne de vie. Elle traverse en son milieu une bosse représentant la terre. Tout le reste c’est l’univers dans lequel nous sommes bien petits. “Il faut savoir rester humble”, disent les Indiens. Nous faisons partie des rares Blancs à avoir pénétré dans cette église et considérons cela comme un grand honneur. » (Paul, le 24 août 1991)