1998

Retour d'Oklahoma

img286

Par Jean-Claude Drouilhet

 

Jack AnquoeDu 12 au 30 juin 1998, Jack Anquoe m'avait invité au 47e Pow wow de Tulsa (Oklahoma) et j’avais aussi l’honneur d’y représenter la ville de Montauban.

J’ai participé à trois grandes manifestations rassemblant en tout des milliers d’Amérindiens des Etats-Unis et du Canada : les danses traditionnelles I’n-Lon Schka à Hominy dans le Comté Osage (Oklahoma); le 15e pow wow intertribal annuel de Memphis (Tenessee) ; le 47e pow wow intertribal annuel de Tulsa (Oklahoma).

Outre ces événements publics, j’ai participé à plusieurs rencontres privées : six repas traditionnels rassemblant chacun près d’une centaine d'Indiens et une réunion amicale réunissant 25 Osages de Pawhuska (Oklahoma).

 

Kiowas à St-Nicolas de la grave (82) - Jack Anquoe est à droite de la photo

Au titre de représentant de la ville de Montauban, j’ai été présenté aux différentes manifestations publiques ainsi que personnellement à plusieurs personnalités : M. Jack Anquoe (Indien Kiowa), directeur du Comité organisateur du pow-wow de Tulsa ; Mme l’adjointe au maire de Tulsa, chargée des affaires culturelles; M. Jack Shoemate (Indien Comanche), maire de Pawhuska (Oklahoma); M. Curtis Zunigha, chef de la tribu des Indiens Delaware ; M. le chef de la tribu des Indiens Arapaho.

La ville de Montauban a été citée dans plusieurs articles de journaux américains annonçant les pow wows ainsi que dans divers programmes de la télévision. J’ai été interviewé par deux journaux américains importants : le Tulsa World et l’Oklahoma Indian Time.

J’en viens à la description de mon activité de représentation .

Aux danses de Hominy, chez les Osages: prises de parole aux banquets traditionnels - participation aux cérémonies traditionnelles de cadeaux (Give away), bannière occitane déployée, au centre de l’arène de danse. Hommages appuyés des Osages, à la ville de Montauban et à l’Occitanie.

Au pow-wow de Memphis: prises de parole au titre de représentant de la ville de Montauban et de la population occitane.

Au pow-wow de Tulsa: inscription au programme officiel du pow wow au titre d’invité - participation aux grandes entrées précédant chacune des cinq sessions du pow wow. (Il s’agit d’un défilé dans l’arène de danse, au son du tambour indien, avec en tête les bannières indiennes à plumes d’aigles, les drapeaux des Etats-Unis et du Canada suivi des drapeaux occitan et français; venaient ensuite, en tenue de parade, les danseurs hommes, femmes et enfants - prise de parole à chacune des sessions du pow wow - participation officielle à la cérémonie traditionnelles de remise des cadeaux. Il s’agit là d’un hommage solennel rendu à la communauté représentée.

Mes interventions publiques ont abordé les sujets suivants :

- un rappel de la base historique de notre lien actuel avec les communautés amérindiennes et une description rapide de nos échanges (terres indiennes, printemps indiens, recontres scolaires, conférences, expositions, etc.)

- une évocation de la tradition d'accueil de notre ville de Montauban;

- une présentation de l’Occitanie et de notre culture millénaire;

- une présentation du projet Nikan II pour l’an 2000 à Toulouse dont une partie des assises devait avoir lieu à Montauban. (Ce projet a malheureusement été abandonné)

Ces interventions ont permis de nombreux contacts personnels qui devaient déboucher sur des prolongements sous forme de projets à court et moyen terme.

 

img886

 

1) Jumelage Montauban-Pawhuska :

Pawhuska ( 6 000 habitants ) est le chef-lieu du Comté Osage (d’une superficie équivalente à celle de deux départements français). Elle est le siège de l’administration de la tribu Osage. Bien que d’une population moindre que celle de Montauban, elle jouit d’une importance économique certaine due à l’activité d’extraction pétrolière qui fait la richesse du Comté.

L'ancien maire de Pawhuska, Monsieur Jack Shoemate, un Indien Comanche, ancien superintendant de la tribu Osage (aujourd’hui retraité) a signé en septembre 1999 la convention de jumelage Montauban-Pawhuska avec Monsieur Roland Garrigues, alors maire de Montauban .

Désormais Pawhuska et Montauban sont officiellement "villes sœurs"

 

Re-exposition de panneaupawhuska1

 

2) érection d’une croix occitane en territoire osage :

En réponse aux dons de terres indiennes en Occitanie, Archie Mason, de la nation Osage, avait proposé d’ériger une croix occitane sculptée dans de la pierre sur une terre du village osage de Gray Horse (Comté Osage, Oklahoma). Ce projet a abouti en 2013. Une pierre portant la croix d'Occitanie a été inaugurée à proximité du musée de la nation Osage à Pawhuska.

 

monument 234

 

Ayant eu connaissance de ce projet, Jack Anquoe, membre influent de la Nation Kiowa résidant à Tulsa avait évoqué la possibilité d’élever une autre croix occitane au cœur de la deuxième ville d’Oklahoma.

Il se proposait également de composer une adaptation du « Se Canta » en un chant indien accompagné du tambour cérémoniel. Cette adaptation serait bien sûr interprêtée lors d’une inauguration de monument-croix occitane.

Hélas, Jack Anquoe décédait quelques années après. Nous sommes nombreux ici à honorer sa mémoire.

3) participation au 48e pow wow de Tulsa en 1999 :

Jack Anquoe a manifesté à plusieurs reprises son intention d’inviter des représentants de la municipalité de Montauban au prochain pow wow de Tulsa. La présence occitane y serait également représentée par un groupe de musiciens-chanteurs occitans (La Talvera, de Cordes).

4) participation de M. et Mme Jack Anquoe au prochain Printemps indien en Occitanie

5) venue d’un groupe de chants et danses Kiowas en l’an 2000 autour du congrés international Nikan II

En conclusion :

Je crois pouvoir affirmer que Montauban, l’Occitanie et la France sont désormais chères au cœur de milliers d’Indiens.

Ces rencontres ne doivent pas être confondues avec des manifestations folkloriques, encore moins avec des produits touristiques. Il s’agit d’authentiques quêtes d’identité, de plongées dans l’histoire et la culture, d’interrogations du futur.

Il paraît évident que nous ayons tout à gagner à la fréquentation de telles manifestations, en tant qu’Occitans, citoyens français et fondateurs conscients et responsables de l’identité européenne.